588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ATLANTIC RIM


GENRE : Méditerranée Rim

REALISATEUR : Jared Cohn

ANNEE : 2013

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX: David Chokacki, Jackie Moore, Graham Green...


RESUME : Une gigantesque créature des mers menace de s'attaquer à la côte Est américaine.


MON HUMBLE AVIS

The Asylum est au cinéma ce que le Canada dry est à l’alcool. Leurs productions ressemblent à un blockbuster, l’affiche montre pleins de choses qui ne sont pas dans le film, mais au final, l’effet est le même qu’une cuite au Champomy. Atlantic Rim est en fait un mockbuster, c’est-à-dire un blockbuster outrageusement copié dans les grandes lignes pour surfer sur la vague du succès de l’original. En l’occurrence ici de Pacific Rim de Guillermo del Toro. Une pratique récurrente chez Asylum qui, en changeant quelques lettres s’évite certainement des procès. On se souvient encore des mémorables Transmorphers, Age of the hobbits ou Les Visiteuses (peut-être pas celui-là...).

Quand on regarde un Asylum, on sait à quoi s’attendre mais là, il s’avère qu’il faut beaucoup de courage pour aller jusqu’au bout tant le film est mal fagoté dans tous les domaines. Pour résumer sommairement, c’est mal joué, stupide et chiant. Même le spectateur amateur de nanardises plutôt indulgent aura du mal à rester éveillé devant ce DTV torché à la va-vite. En même temps, je me dis que condenser tant de tares dans un seul film confine au génie. Certes, on retrouve les robots géants (ici au nombre de trois) défendant la Terre contre les monstres énormes sortis de l’Océan (ou de l’Atlantique, ça marche aussi) à l’allure de kaijus lézaroïdes très méchants. Il y a aussi quelques similitudes avec le film de Del Toro notamment sur la possibilité des pilotes de contrôler les machines par impulsions neuronales, sans oublier leurs tenues pyjama Power rangers.

Pour le reste, c’est à l’avenant. Passons sur la qualité des effets spéciaux qui font relativement illusions pour un Asylum. Ils ne sont donc pas plus moches que d’habitude. En revanche, arrêtons-nous sur le casting sans étoile où on retrouve Graham Green (vu dans Danse avec les loups... si on lui avait dit ça à l’époque) en amiral blagueur et lourdaud dans son langage, menant la révolte grâce à une troupe d’élite avec à sa tête Red (David Chokacki, héros dans Alerte à Malibu et dans d’autres asylumeries). Il est accompagné de sa copine blonde (Jackie Moore) et du black de service, ex-rapper, Anthony Crisse dit « Treach ». Autant le dire tout de suite, les Oscars, faut oublier. Ici, tout le monde surjoue son personnage de pilote et fait semblant de savoir manier un robot géant dans un faux cockpit derrière des écrans d’oscilloscopes. Un peu à l’image des seconds rôles, comme les pseudos scientifiques féminines qui semblent tout droit sortis d’un centre commercial ou du méchant militaire borgne affublé d’un bandeau. Et encore, ce n’est rien comparé aux figurants censés être effrayés et faire les morts lors des attaques des monstres. Mention spéciale au père qui a perdu sa fille et la cherche dans un immeuble en feu (enfin, c’est surtout l’image qui flambe...). Question scénario, hormis les attaques des faux kaijus, il ne se passe pas grand-chose à l’écran. Ah si, ils picolent pour fêter leur victoire. Et, puis ils repartent au combat. Et, ils picolent à nouveau...

Faute d’argent, les producteurs ont tout prévu. Ils multiplient les stock-shots jusqu’à plus soif grâce à des images de l’armée US de navires, de tanks et d’avions. Sans oublier les images de reportage des secours se rendant sur les lieux d’un immense incendie (du classique). Comble du comble, ils utilisent même la vidéo d’une vraie fête dans une espèce de gymnase pour simuler les honneurs rendus à nos valeureux militaires (respect !). Côté action, malgré des combinaisons de ralentis et de scènes qu’on voit en boucle, difficile de nous faire croire que toute l’armée américaine s’est déplacée sur le théâtre des opérations. Faut dire qu’il y a toujours les 5 mêmes militaires qui se battent en duel face aux monstres. Je veux bien croire que l’argent manque mais Jareh Cohn aurait pu faire un effort au niveau de la mise en scène ou faire attention lors du montage. En effet, retrouver les mêmes militaires en faction en champs-contre-champs, ça se voit. Bon, en même temps, ça m’a fait bien rire...

Le clou du spectacle reste néanmoins les dialogues et l’humour au ras des pâquerettes qui fleurit tout au long du film. Du « alors tu mouilles » à la blonde descendant dans les profondeurs de l’Atlantique au « tu vas tâter de mon gros membre » du pilote du chasseur se dirigeant vers le monstre, les bons mots volettent et se répandent dans Atlantic Rim comme la pollution dans les grandes villes. C’est vrai aussi que j’ai vu le film en VF sur la chaîne Sci-fi et je me demande bien si les doubleurs n’étaient pas les mêmes que ceux qui officiaient dans Hélène et les garçons, tant les voix étaient (volontairement ?) à la ramasse.

Avec tous ces atouts, on pourrait imaginer passer un bon moment devant Atlantic Rim et se fendre la poire. Pourtant, le film manque de fantaisie, n’est jamais vraiment drôle ou divertissant tellement il est mal fait (mais où est le minimum syndicale ?). Dans le même esprit, je conseille plutôt le très bon (car il assume son côté Z) Creepies de Jeff Leroy.


NOTE : 1/ 6

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 08 avril 2015 20:13)

    Bon ben ça semble naze... Ca donne surtout envir de revoir le Del Toro, même si ya un acteur dont le nom est proche de Chocapic et que c'est rigolo! Donc ouais je vais plutôt me faire Creepies à choisir ahah! Cela dit, ces mockbusters ne marchent pas si mal visiblement...

  • #2

    laseancearoggy (mercredi, 08 avril 2015)

    Ce n'est pas un chef-d’œuvre effectivement et j'avais remarqué le nom de l'acteur, mais je n'avais pas osé la faire. heureusement que tu es là Rigs :)

  • #3

    Princécranoir (jeudi, 09 avril 2015 19:44)

    Si je n'avais pas lu le début de ton article, j'aurais pu croire la chronique d'un Michael Bay dis-donc. J'ai bien peur en te lisant de n'être pas plus fan de ces petits Mechs que des plus gros fabriqués chez del Toro. Quand j'aurai Alzheimer, peut-être.

  • #4

    laseancearoggy (jeudi, 09 avril 2015 21:01)

    Non, ce n'est pas du Michael Bay (Transformers c'est beaucoup mieux qu'Atlantic Rim !) mais de gros monstres en CGI qui n'ont pas le charme des séries B des années 80 par exemple. Et, même avec Alzheimer, tu reconnaîtras toujours la médiocrité de ces petites prods :)

  • #5

    titi70 (samedi, 11 avril 2015 16:51)

    J'avais détesté Pacific Rim, et j'espérais qu'au moins, avec The Asylum, on allait avoir notre quota de spectacle, mais, visiblement, c'est loupé. Bon, ben, je retourne me faire Transformers.

  • #6

    laseancearoggy (dimanche, 12 avril 2015 19:22)

    Même "Transformers" est un chef-d’œuvre si on le compare à "Atlantic rim". C'est dire :)

  • #7

    Plume / Dreampunk (jeudi, 14 mai 2015 10:46)

    "Quand on regarde un Asylum, on sait à quoi s’attendre", dis-tu.
    J'ai envie de dire oui, mais j'ai envie de dire non. Comme beaucoup (tout le monde ?) je pensais que la compagnie ne fonctionnait qu'au Mockbuster parodique avec leurs détournements de titres et effets spéciaux très cheap, pourtant à force d'en voir j'ai fini par découvrir beaucoup de bonnes petites productions pour le moins étonnante.

    Du début de la firme avant sa célébration (Killers) aux productions de cette année 2015 (Hansel V Gretel), il y a de temps en temps des films qui se démarquent et qui ne vont pas vraiment dans le sens de ces fabricants de "faux films" ridicules. Ma théorie c'est qu'il y a 2 types de productions en chantier chez eux: celle pondue en vitesse pour profiter d'un Blockbuster à succès, où les pontes doivent capitaliser sur un titre parodique et commander à un scénariste et un réalisateur de pondre très vite un film à sortir au plus vite. Et puis il doit y avoir d'autres productions, celles faites hors des contraintes publicitaires / pastiches, et qui éventuellement finissent quand même par être retitrés juste avant la vente pour booster l'attention. Ceux-ci doivent avoir plus de temps, plus de soins dans leur confection...

    N'aimant déjà pas vraiment Pacific Rim, je ne me suis même pas attardé sur celui-ci et visiblement j'ai bien fait. Apparemment c'était une production de type n°1 et au final je me demande s'ils n'ont pas tout simplement recyclé un 3ème Transmorphers pour économiser...

  • #8

    Roggy (jeudi, 14 mai 2015 16:33)

    Tu as totalement raison sur mon jugement certes un peu hâtif mais les films qui se démarquent ne sont légions comparativement aux mockbuster et autres petites productions pas toujours de qualité.

  • #9

    Plume / Dreampunk (jeudi, 14 mai 2015)

    Oh absolument, c'est même pour ça que je les considèrent comme des "surprises" inattendues mais plaisantes, qu'il était impossible à prévoir !

    C'est un fait, il est tout simplement impossible de savoir à l'avance avec quoi on va se retrouver, quand il s'agit de cette compagnie. De la merde en boite très mal foutu, de la série B pas terrible mais techniquement acceptable pour un téléfilm, ou un bon film, pas faramineux, mais sympa (et rare).

  • #10

    Roggy (vendredi, 15 mai 2015 18:59)

    C'est tout à fait ça, même si les bonbons pourris sont plus présents que les truffes en chocolat :)