588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ATM

 

GENRE : Pourquoi ?

REALISATEUR : David Brooks

ANNEE : 2012

PAYS : USA/Canada

BUDGET : 3 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Brian Geraghty, Alice Eve, Josh Peck...

 

  

RESUME : Corey et David sont collègues au sein d'une banque. À l'occasion de la fête de Noël de leur entreprise, David tente à nouveau sa chance auprès d'Emily, dont il semble épris. Il propose de la déposer chez elle, mais Corey insiste lourdement pour se faire raccompagner en premier, et pour que la compagnie de ses deux collègues se prolonge autour d'une pizza, demande à pouvoir tirer de l'argent. Leur voiture arrive au niveau d'un sas bancaire isolé sur la route...

  

MON HUMBLE AVIS : 

Il y a des films où on se demande dans quel but le scénariste a écrit cette histoire. Quelquefois, à la fin du métrage, on comprend tout et on se dit, "Ouah ! ".

Ici, on se dit "Merde" ! ».

Pourtant, le pitch de départ n’est pas mauvais et la mise en place de l’histoire se fait de manière simple mais sympathique. En revanche, à partir du moment où les trois personnages sont retranchés dans le sas bancaire, le film bascule dans l’incohérence la plus profonde.

Ok, il y a un gars avec une grosse doudoune qui les fixe à 10 mètres à l’extérieur. Mais, au moment de partir après avoir retiré l’argent, ils n’osent pas sortir de l’abri où se situe le distributeur. Ils sont deux hommes et une femme contre un seul individu qui ne s’est pas manifesté. D’autant plus, qu’il fait – 20 °C dehors...  

Pourquoi ne tentent-ils pas une sortie ?

Et ça dure comme ça des plombes à attendre une idée lumineuse. Pour combler l’attente, le scénariste prévoit quelques péripéties comme l’arrivée et l’agression d’un vigile et d’un gars qui fait pisser son chien, ou la coupure du chauffage. Le clou du spectacle restant la tentative de noyade des joyeux drilles grâce à un tuyau d’arrosage, tout en bloquant la porte avec une voiture. Il ne manquait plus qu’on nous sorte un requin...

Je rappelle que la porte n’est pas bloquée (si elle avait été coincée, peut-être aurait-on adhéré au concept ?), que le doudoune-man en profite pour se balader, faire le tour du distributeur. Par instants, il disparaît même on ne sait où.  

Tout ça, pour arriver au twist final, qui en fait n’en est pas un, car il est incompréhensible. Pour résumer, une situation de base intéressante, bâclée par un script aux abonnés absents.

  

NOTE : 1 / 6 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Rigs Mordo (samedi, 03 mai 2014 20:16)

    C'est en effet le genre de film où on sent que le concept n'est pas assez épais pour tenir en haleine bien longtemps, du coup on allonge encore et encore et ça en devient stupide. Je n'ai pas détesté, mais j'ai trouvé ça très anodin.

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 03 mai 2014 21:05)

    Il y a d'autres huis-clos mieux écrits et moins incohérents. Mais, là c'est le pompon il me semble.

  • #3

    Jason Torn (mardi, 13 mai 2014 15:01)

    Film pas mauvais mais les acteurs ne sont pas toujours très fut fut... Genre ils sont trois, il est seul et ils se chient dessus. Pas mal d'incohèrence. Et surtout le pourquoi ?
    J'ai passé un chouette moment quand même mais sur la fin ca commencait à devenir un peu long...

  • #4

    laseancearoggy (mardi, 13 mai 2014 20:29)

    Effectivement, le côté réaliste est totalement absent de ce film, ce qui plombe l'ensemble. Pourtant, le pitch était intéressant.