623 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

AMERICAN NIGHTMARE 2

 

GENRE : La Purge, le retour

REALISATEUR : James DeMonaco

ANNEE : 2014

PAYS : USA

BUDGET : 9 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Franck Grillo, Michael K. Williams, Kiele Sanchez...

 

RESUME : Alors que la "Purge" annuelle est sur le point de commencer, un jeune couple subit une panne de voiture. Ils vont tenter par tous les moyens de survivre au chaos.

 

MON HUMBLE AVIS

Malgré les critiques, The Purge avait été la surprise au box-office de l’année 2013, engendrant immédiatement une séquelle qui, comme souvent, est censée engranger du fric au détriment de tout fondement. Or, American Nightmare 2, Anarchy fait mieux que se défendre et s’avère même supérieur à l’original.

Si le 1er film était un huis-clos avec une tête d’affiche, Ethan Hawke, cette séquelle fait l’école buissonnière pour s’aventurer en pleine ville. Fini le home invasion pas toujours maîtrisé (encore que) et les acteurs connus. Le budget a triplé pour permettre à James DeMonaco de déployer toute une horde de combattants prêts à s’affronter jusqu’à la mort dans un environnement urbain. En fait, tout ce qu’on apercevait épisodiquement dans le 1er du nom. Très clairement, le film baigne dans une ambiance qui nous renvoie à des œuvres comme Les Guerriers de la nuit ou aux films de John Carpenter, sans compter une référence évidente à l’univers de Mad Max.

En effet, tout comme ce bon vieux Max, le métrage met en avant un héros solitaire revêtu de cuir noir parti pour venger son enfant, à l’affût dans sa voiture noire, et qui va se retrouver poursuivi par toute une bande de dégénérés, grimés comme dans un post-apo. Une cour des miracles conduisant pour certains des buggys (!), armés de battes, de lance-flamme, de machettes ou d’armes automatiques. Il est aussi intéressant de retrouver les personnages des nouveaux Pères Fondateurs qui organisent des sortes de chasses à l’homme pour ultra riches comme une sorte de défouloirs (un peu comme dans Hostel). En effet, le film montrera que le Gouvernement, à l’origine de la purge, n’est pas si innocent dans son déroulement.

Après une présentation relativement rapide des personnages et des enjeux, le film se transforme en série B d’action où se côtoient toute une faune disparate de coupe-gorges masqués armés jusqu’aux dents, et les citoyens malchanceux perdus au milieu des combats. Le film sera ainsi généreux en assauts entre ces différentes factions occasionnelles et, force est de constater que cela fonctionne plutôt bien. Le scénario n’est certes qu’un prétexte à la baston, mais la réalisation et les scènes d’action sont suffisamment bien exploitées pour présenter un spectacle de qualité qui n’ennuie jamais.

En revanche, quand James DeMonaco tente de donner une connotation politique au film, on a du mal à suivre et on se retrouve dans un film de rébellion à la Hunger Games qui sent l’opportunisme plus que le brûlot anarchiste. Une réflexion morale et philosophique simplement esquissée quand American Nightmare 2 se contente de donner dans l’actionner bourrin et manichéen, à l’opposée d’un film comme La nuit des juges de 1984. Un côté politique qui sera peut-être exploité dans la future suite.

 

NOTE : 4+/ 6

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Princécranoir (mardi, 21 octobre 2014 12:21)

    Pas vu le premier. Ce deuxième volet serait donc supérieur malgré la tentation opportuniste d'en faire une machine à fric ? Pourquoi pas alors. Mais faut-il se taper le premier avant de s'enfiler le second ?

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 21 octobre 2014 13:20)

    La réponse est non puisque c'est somme toute la même histoire, sauf que le 1er est un huis-clos et le second un survival urbain. Evidemment, cette suite n'est qu'un coup marketing. Hors, souvent les suites opportunistes sont mauvaises. Pour moi, ce n'est pas le cas ici.

  • #3

    Rigs Mordo (mardi, 21 octobre 2014 14:17)

    Je partage ton avis Roggy, c'est bien meilleur que le premier, qui m'avait pas mal emmerdé. On ressent plus de pression dans celui-ci, le héros est bien (excellent Frank Grillo, ce mec est le Punisher!) et ça se laisse suivre sans le moindre problème. Par contre comme tu le dis, la critique politique est digne d'un gosse, avec un manichéisme idiot (les blancs sont méchants, les minorités sont gentilles). Mais ça se laisse voir, indéniablement!

  • #4

    laseancearoggy (mardi, 21 octobre 2014 18:45)

    Bon alors, j'ai plus rien à dire si tu es complètement d'accord avec moi :)

  • #5

    Mr Vladdy (mercredi, 22 octobre 2014 13:55)

    Je fais parti de ceux qui avait aimé le premier même si imparfait. Cette suite demeure en tout cas bien meilleur et exploite enfin à fond son concept de base. De plus, je rejoins Rigs Mordo, Frank Grillo en Punisher, je signerai volontiers surtout que c'est un personnage que j'adore :)

  • #6

    laseancearoggy (mercredi, 22 octobre 2014 19:11)

    Comme tout le monde est d'accord pour Franck Grillo, je vais téléphoner pour qu'on le mette comme Punisher dans le prochain film :)