623 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ANTIVIRAL

 

GENRE : Tu perds ton sang froid

REALISATEUR : Brandon Cronenberg

ANNEE : 2012

PAYS : Canada

BUDGET : 3 200 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Caleb Landry Jones, Sarah Gadon, Zahn McClarnon...

 

RESUME : Syd March est employé d’une clinique spécialisée dans la vente et l’injection de virus ayant infecté des célébrités. Mais il vend aussi ces échantillons, pour son propre compte, à de puissantes organisations criminelles. Sa méthode pour déjouer les contrôles de la clinique, s’injecter les virus à lui-même...
Mais ce procédé va s’avérer doublement dangereux : porteur du germe mortel ayant contaminé la star Hannah Geist, Syd devient une cible pour les collectionneurs...

 

MON HUMBLE AVIS

Dans la famille Cronenberg, je demande le fils, Brandon. A l'instar d'autres fils ou filles de (Lynch, Coppola...) passés à la réalisation, Brandon Cronenberg réalise son 1er long où on sent bien les influences de son père.

En effet, des sociétés proposent aux quidams, moyennant finances, de leur injecter les maladies de stars (herpes, grippes...). Sur ce pitch totalement Cronenbergien, le fils dépeint un monde où les gens sont obnubilés par les "people" et dont les seuls rêves sont de ressentir les mêmes douleurs que pour ces pseudos-stars.

Dans ce film, on retrouve les obsessions et les déviances d'une société malade qui subit le diktat des grandes sociétés marchandes.

Le propos est totalement maîtrisé grâce à une réalisation chirurgicale, simple et aux décors froids de l'intérieur de bureaux ressemblant à des cliniques (on pense à la fois à THX 1138 et à Brazil).

Le personnage principal, roux à la peau claire s'injecte les maladies en fraude pour les revendre à des trafiquants, général un commerce parallèle qui inquiète les sociétés commercialisant les maladies.

On retrouve donc des corps malades, torturés où on cultive des cellules de personnes connues pour soit conserver, soit recréer leurs maladies (certaines "boucheries" ou restaurants proposent ainsi de véritables steaks de cellules humaines pour les accros !).

Par ce film, Brandon Cronenberg fait une dénonciation de notre société où l'humain est porté au pinacle de la célébrité sans aucune raison. Malgré une baisse de rythme au milieu du film, il faut avouer que c'est une réussite et on attend la suite avec avidité. Même si l'idée de départ a l'air folle ou impossible, le métrage donne l'impression qu'un jour se sera possible.

 

NOTE : 4+ /6

Écrire commentaire

Commentaires : 0