621 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

C'est qui le plus fort ?
C'est qui le plus fort ?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

ATTACK OF THE LEDERHOSENZOMBIES

 

GENRE :

REALISATEUR : Dominik Hartl

ANNEE : 2016

PAYS : Autriche

BUDGET :

ACTEURS PRINCIPAUX : Gabriela Marcinkova, Laurie Calvert, Patricia Aulitzky...

 

Pitch : Un groupe de jeunes snowboarders se retrouve bloqué dans une station de ski. La fête qu’ils préparent est troublée par l’apocalypse zombie à venir..

 

Si la Norvège a ses zombies dans la neige avec Dead Snow, il en est de même désormais pour l'Autriche avec Attack of the Lederhosenzombies, puisqu'on retrouve les mêmes ingrédients que chez les Scandinaves, les soldats nazis morts-vivants en moins mais la musique Tyrolienne en plus. Pour le reste, le film commence de manière très classique pour un Zombie flick avec l'origine de la contamination, en l'occurrence une substance verdâtre destinée à fabriquer de la neige artificielle dans une station de ski autrichienne, et inhalée par inadvertance par un investisseur russe.

Le début du film est ainsi assez réussi notamment avec la scène de l'arrivée de l'équipe de snowboarders, les héros du métrage, dans une séquence très gênante pour eux et très comique pour nous. On se dit alors que cette comédie zombiesque part sous les meilleurs auspices comme ses illustres, et pléthoriques, aînés. Hors, rapidement, le scénario fait du hors piste et s'enfuit inexorablement au fin fond de la montagne autrichienne, laissant les protagonistes à leurs malheurs. Dès que les héros se retrouvent dans la taverne montagnarde, leur caractérisation s'évapore comme neige au soleil et on sent bien que le seul but du réalisateur est de nous balancer ses effets visuels sanglants.

Au son d'une musique locale et de schnapps en grande quantité, la population se transforme rapidement en tueurs sanguinaires au point qu'il ne reste plus très que quelques survivants dont les snowboarders et la patronne Lorelei du bar à forte poitrine et nattes blondes. Leur seul objectif, s'enfuir et redescendre dans la vallée. A partir de ce moment-là, le scénario se contentera de multiplier les scènes de dézinguage de zombies grâce à des effets spéciaux bien sanglants. On a donc aussi droit au classique armement de la troupe pour trucider du zomblard. Petite nouveauté ici, l'utilisation des snowboards comme engins tranchants et armes contondantes.

Si le scénario se fout de l'unité de temps et de lieu, il se concentre uniquement dans sa deuxième partie sur la bataille entre les humains et les zombies, comme le faisait, avec brio et humour, le court-métrage Fist of Jesus. Et il faudra reconnaître que les effets gores sont plutôt foisonnants et délirants. Les têtes volent ou sont fendues en deux, tels que les corps particulièrement maltraités. A noter aussi de bonnes idées comme le fait que les zombies s'arrêtent de marcher au son de la musique ou le personnage qui se retrouvent avec deux bâtons de skis plantés dans la tête, ce qui génère les meilleurs gags du film.

Certes, ce débordement de bidoches et d'entrailles est amusant mais il manque de liant comme si des scènes avaient été enlevées (le film fait à peine 1h15 et le budget doit être passé dans les effets visuels). Dommage, car même si Attack of the Lederhosenzombies n'avait rien de révolutionnaire, il aurait pu emprunter des pistes différentes comme par exemple un traitement accentué de la zombification des animaux et en particulier de biches voraces et animatroniques. Des séquences rafraîchissantes (il y a même un petit lien avec le Dernier train pour Busan !) perdues au milieu d'un film qui se délite au fur et à mesure, multipliant les plans gores au détriment d'une histoire quelque peu construite. Autant se retaper les biens meilleurs Cooties ou Stung vus l'an dernier à l'Etrange festival.

 

3/6

Écrire commentaire

Commentaires : 0