623 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

APARTMENT 1303 3D

 

GENRE : Crise du logement

REALISATEUR : Michael Taverna

ANNEE : 2012

PAYS : USA

BUDGET : 5 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Misha Barton, Rebecca de Mornay, Corey Sevier...

 

RESUME : A Detroit, Janet Slate, une jeune femme dont la mère est alcoolique, est heureuse d'emmenager seule dans son nouvel appartement. Alors qu'elle croise sa voisine, une petite fille mystérieuse, cette dernière lui conseille de quitter les lieux au plus vite : l'appartement serait hanté suite à des crimes qui s'y sont déroulés dans le passé...

 

MON HUMBLE AVIS

Souvent on se dit que les remake ne servent à rien. Et, encore une fois, cet adage se vérifie avec ce film recopiant sous le même titre, le film japonais d'Ataru Oikawa datant de 2007 (c'est vrai que 5 ans après on l'avait oublié...).

Cousu de fil blanc, le scénario enfile les perles du déjà vu et les poncifs afférents au genre. Calqué sur les films de fantômes asiatiques, on comprend très vite que la petite fille dans l'immeuble n'est pas vivante et qu'il s'est passé quelquechose d'étrange. Une fois qu'on a dit ça, on a presque tout dit et surtout tout vu.

Le pire étant peut-être le niveau de jeu des acteurs, entre les deux sœurs bimbos et du petit ami flic (aperçu dans Decoys) et surtout le cabotinage sous alcool d'une Rebecca de Mornay (pourtant excellente dans le remake de Mother's day) en chanteuse vieillissante. Son état d'ébriété permanente génère moultes enguelades avec sa fille qui clairement ne font pas avancer l'histoire mais permettent de remplir les 1h30 réglementaires.

Ce film (Mon Dieu, je m'aperçois qu'il a été tourné en 3D !?!) proche de l'esthétique d'un Hollywood night, dont une scène chaude (en même temps pas si chaude puisque personne ne finit à poil...) avec musique d'ascenseur à la clé. Une musique faite de grands rifs de violon bien lourdauds pour accentuer les effets de surprise lors des apparitions du fantôme de la précédente occupante de l'appartement.

On pense évidemment à tous les succès du genre, tel que Dark Water d'Hideo Nakata. Mais, la comparaison s'arrête là car le film est tellement prévisible, mal joué et sans intérêt qu'il en devient drôle. En effet, la nouvelle venue, pour sa 1ère nuit dans l'appartement, commente tout ce qu'elle fait au cas où on n'aurait pas compris... Et, puis surtout, malgré les apparitions, les phénomènes paranormaux, tous les protagonistes continuent à dérouler le scénario comme si de rien n'était, à l'image de la mère à qui on a réservé des scènes de création artistique (elle écrit et chante ses œuvres).

Point positif : elle ne chante pas si mal Rebecca de Mornay.

Point négatif : elle picole beaucoup Rebecca de Mornay.

On peut aussi inverser les deux points.

 

NOTE : 1 / 6

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Rigs Mordo (mardi, 17 juin 2014 20:53)

    Ca semble effectivement très mauvais lol C'est dommage pour de Mornay car comme tu le dis elle déchire dans Mother's Day, elle devrait mériter mieux que ça...

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 17 juin 2014 21:01)

    C'est que j'ai été très déçu par sa prestation sur après avoir vu "Mother's day". Elle cachetonne clairement, mais bon, faut bien payer les bouteilles...

  • #3

    Avel (mercredi, 18 juin 2014 10:21)

    Dommage, j'aime les histoires de maison/appart hantés :) mais je vais me passer de celui-là je crois.

  • #4

    laseancearoggy (mercredi, 18 juin 2014 19:06)

    Je pense que tu peux t'en passer effectivement :) Tu as quand même le choix de film dans le style maison hantée.

  • #5

    ChonchonAelezig (lundi, 25 août 2014 11:24)

    Déjà que l'original était pas fameux, alors un remake... ;)

  • #6

    laseancearoggy (lundi, 25 août 2014 18:42)

    Je te confirme que ce film ne vaut pas grand-chose.