588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

ABLATIONS


GENRE : Non rein de rein

REALISATEUR : Arnaud de Parscau

ANNEE : 2014

PAYS : Belgique/France

BUDGET : 1 300 000 €

ACTEURS PRINCIPAUX : Denis Menochet, Virginie Ledoyen, Philippe Nahon...


RESUME : Un homme se réveille dans un terrain vague, sans aucun souvenir de la veille, une cicatrice au bas du dos. Une ancienne maîtresse, chirurgienne, lui apprend qu’on lui a volé un rein. Obnubilé par ce vol, il va tout sacrifier pour le retrouver : sa famille, son travail… Jusqu’à sombrer dans la folie.


MON HUMBLE AVIS

Le scénariste, Benoît Delepine (pilier de Groland), aurait eu l’idée du film suite à une soirée trop arrosée (récurrente chez les Grolandais) où il se serait réveillé en croyant qu’on lui avait volé son rein. Sur ce postulat de départ, Arnaud de Parscau construit un film qui aura du mal à trouver sa place au milieu de plusieurs genres.

La trame d’Ablations ressemble sur la forme au Old boy de Park Chan Wook avec son personnage Pastor (Denis Ménochet vu dans Inglorious Basterds) qui se réveille en pleine nature sans réminiscence de la soirée antérieure. Quand il découvre qu’il lui manque un rein, il n’aura de cesse de chercher à comprendre et à se venger. Pourtant la comparaison entre les deux films s’arrête là parce qu’Ablations veut être à la fois une étude psychologique de l’explosion de la cellule familiale et un thriller mâtiné d’horreur. Un mélange audacieux qui atteint ses limites à cause d’un scénario trop fouillis qui multiplie les personnages et dont la véracité peut intriguer.

Pourquoi Pastor ne signale pas à la police son agression ? Comment ce couple (Philippe Nahon et Yolande Moreau) arrive-t-il si facilement à ses fins ? Toutes ces questions ne seront pas réellement explicitées notamment dans une 1ère partie assez atone entre scènes de repas et engueulades entre Pastor et sa femme (Viriginie Ledoyen qui ne sert pas à grand-chose). Il en est de même pour les autres personnages secondaires sous-exploités comme le docteur qui fait du rentre-dedans à Pastor et lui fournit des éléments confidentiels, ou le vétérinaire déglingo du zoo. Un humour décalé qui rappelle forcément l’écriture du trublion de Groland sans aller au bout des intentions.

La dernière partie tourne au thriller lorsqu’on comprend la motivation du couple et nous renvoie à des explications sentant bon le twist facile à la Christophe Grangé (voir Les rivières pourpres). Au final, Ablations laisse dans la bouche le goût amer d’être passé à côté d’une série B détonante, malgré sa bonne idée de base mais n’atteignant pas toutes ses ambitions.

 

NOTE : 3 /6

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Rigs Mordo (mardi, 06 janvier 2015 20:03)

    Je ne connaissais pas, c'est étonnant de voir Delepine lié à un film comme ça! Cela semble assez particulier, plutôt une curiosité qu'autre-chose visiblement!

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 06 janvier 2015 20:16)

    Effectivement, voir un gars de Groland dans ce film peut sembler étonnant surtout qu'on ne retrouve pas vraiment sa patte dans le film...

  • #3

    ingloriuscritik (mercredi, 07 janvier 2015 00:27)

    Et bien moi qui hésitai avec une tendance de plutôt "a passer a coté", tu m'as enlevé delepine du pied, et rein que pour cela , avec tout les films que j'ai sous le coude je t'en remercie . dommage car les notes d'intentions du réal étaient louables avec un pitch intriguant , mais l'esprit capharnaüm groland a visiblement eu le dessus ...sur moi ,c'est sur !

  • #4

    laseancearoggy (mercredi, 07 janvier 2015 11:52)

    Il est évidemment bien dommage que le sujet soit mal exploité et passe à côté d'un esprit grolandais bien gras. Le film a le cul entre deux chaises en permanence et de fait, on a du mal à s'immerger totalement.

  • #5

    ingloriuscritik (jeudi, 08 janvier 2015 12:20)

    je resterai donc assis sur le canapé de l'indécision ...

  • #6

    Kapalsky (mardi, 27 janvier 2015 13:31)

    Y'avait des fulgurances stylistiques intéressantes dans le récit, et un coté humour super noir qui marchent... Après ce n'est pas aussi réussi que "Louise Michel" par exemple, mais ca change de bien d'autres films français!

  • #7

    laseancearoggy (mardi, 27 janvier 2015 18:27)

    Je suis d'accord avec toi sur l'originalité du projet, en revanche, j'ai été déçu du traitement apporté au sujet. Par moments, le film est un peu ennuyeux et ne va pas assez loin dans ses idées.