623 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

A CAUSE D’UN ASSASSINAT

 

(The Parallax View)

 

GENRE : I’m paranoid

REALISATEUR : Alan J. Pakula

ANNEE : 1974

PAYS : USA

BUDGET :  500 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Warren Beatty, Hume Cronyn, William Daniels...

 

 

RESUME : L'enquête d'un journaliste sur le meurtre d'un sénateur le conduit jusqu'a la Parallax Corporation, société qui recrute des tueurs.

 

MON HUMBLE AVIS :

Le film commence comme un thriller classique et se poursuit en réflexion sur la paranoïa, où tout le monde paraît coupable. Porté par un jeune Warren Beaty, A cause d’un assassinat a comme point de départ le meurtre d'un sénateur des Etats-Unis, référence explicite à l’assassinat de J.F. Kennedy en 1963. Aux USA, les années 70 sont marqués par ces films traitant de complots, d’espionnage industriel, avec en point de mire l’affaire du "Watergate".

C’est dans ce climat de théorie du complot que le film se déploie avec brio, laissant apparaître une organisation secrète à l’origine d’assassinats par l’intermédiaire de simples quidams. Dans cette ambiance paranoïaque étouffante et particulièrement bien rendue, le journaliste (Warren Beatty) tente de mettre à jour un complot national alors que tous les protagonistes, témoins du meurtre, disparaissent les uns après les autres.

Il intègre donc le "jeu" en se faisant passer pour un tueur potentiel pour essayer de connaître la vérité (on pense à 13 Tzameti pour la façon dont les tueurs sont recrutés). A partir de ce moment-là, il bascule dans le danger permanent où il ne peut faire confiance à personne. Chacune de ses actions a un conséquence grave (voir la scène de l’avion extrêmement tendue et anxiogène).

Le dernier tiers du film tourne encore plus à l’étrange grâce à la confrontation avec ce qui pourrait se rapprocher d’une secte notamment avec la scène mémorable de l’interrogatoire qui fait écho aux films politiques de cette époque de Costa-Gavras. The Parralax View, dont le titre fait référence à l’organisation criminelle, est un film très peu connu mais qui mériterait d’être redécouvert car il se déroule dans une atmosphère ambiguë, qui en fait un summum de tension cinématographique.

 

NOTE : 5 / 6

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Mr Vladdy (mardi, 22 avril 2014 00:37)

    Jamais entendu parler de ce film mais il semble que tu l'ai bien apprécié donc pourquoi pas au final ;)

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 22 avril 2014 19:05)

    Un film dans la veine des productions politiques américaines des années 70. A voir.