708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

SAMOURAI REINCARNATION

 

GENRE : Les soldats de l'au-delà

REALISATEUR : Kinji Fukasaku

ANNEE : 1981

PAYS : Japon

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Sonny Chiba, Kenji Sawada, Ken Ogata...

 

RESUME : Shirô Amakusa, le chef des insurgés catholiques tués par le Shogunat lors du massacre de Shimabara, revient à la vie à l’aide de pouvoirs démoniaques. Ressuscitant d’autres guerriers légendaires, il décide de se venger du Shogun Tokugawa. Le samouraï légendaire Jûbei Yagyû fera tout pour lui barrer la route.

 

MON HUMBLE AVIS

Samurai Reincarnation était diffusé à la cinémathèque française dans le cadre de la rétrospective consacrée à Kinji Fukasaku.

Je ne suis pas un spécialiste de l’univers et des films de samouraïs. Et, je dois bien avouer que j’ai été un peu déçu par ce film d’un réalisateur qui m’avait agréablement surpris avec l’excellent Virus. Après une très belle introduction dans un décor de champs de bataille où trônent cadavres crucifiés dans une ambiance très gothique, le film a du mal à trouver son rythme entre fantastique, horreur et Japon féodal où régnaient en maîtres les samouraïs. De nombreux personnages nous sont présentés et il est difficile de suivre l’histoire (faut dire que la version anglaise sous-titrée en français était de mauvaise qualité et semblait avoir été coupée sur certaines séquences).

Le film oscille donc entre scènes de combats entre samouraïs revenus à la vie et passés du côté obscur de l’existence, et moments explicatifs un peu longs qui ralentissent fortement le métrage. Malgré la présence de la star Sonny Chiba, Samurai Reincarnation pâtit d’un jeu d’acteurs un peu trop théâtral, quelquefois à la limite du nanar. Hormis, une belle scène sur la plage, il faut attendre le dénouement pour voir enfin Kinji Fukasaku se faire plaisir (et le spectateur a fortiori) dans la dernière scène en forme de climax.

Dans cette dernière séquence, les samouraïs survivants affrontent l’armée revenue artificiellement à la vie dans un palais en feu. Au milieu de cette furie de flammes, les katanas crépitent pour notre plus grand bonheur et rehaussent un peu l’intérêt du film.

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Rigs Mordo (mardi, 29 juillet 2014 21:26)

    Pas vu donc pas d'avis réellement à donner mais la cover que tu as choisie est pas mal, ça peut donner envie. Faut voir, quoi :)

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 29 juillet 2014 21:30)

    C'est vrai que cette affiche est très sympa, mais elle ne résume pas vraiment le film. Ca aurait été bien en tout cas.

  • #3

    Rigs Mordo (mardi, 29 juillet 2014 21:37)

    Oui elle fait très "série B", on imagine bien la VHS au milieu de trucs cools de l'époque. C'est vrai qu'en lisant ta chro je me suis dis "ah, faut pas juger un livre à sa couverture".

  • #4

    laseancearoggy (mardi, 29 juillet 2014 21:46)

    Ce n'est que mon avis et je ne suis pas un spécialiste de ce genre. Je pense qu'il y a de meilleurs films sur le sujet.