745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

STOKER

 

GENRE : Faux semblants

REALISATEUR : Park Chan-Wook

ANNEE : 2013

PAYS : USA/UK

BUDGET : 12 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Mia Wasikowska, Nicole Kidman, Matthew Goode...

 

RESUME : L’oncle énigmatique d’une adolescente excentrique revient, après la mort du père de la famille dans un accident de voiture suspect. L’adolescente ressent très vite des sentiments de méfiance et d’attirance mêlés envers cet oncle jusque-là inconnu.

 

MON HUMBLE AVIS

Autant le dire tout de suite, Stoker est un très grand film, tourné de mains de maître par un réalisateur coréen reconnu pour sa trilogie de la vengeance dont le très bon Old Boy mais aussi pour un film de vampires, Thirst.

Sur une trame assez classique, Park Chan-Wook tisse sa toile avec une précision chirurgicale, stylisée que n’aurait pas reniée Alfred Hitchcock. Le film est formidablement mis en scène. Chaque plan semble étudié, mis en exergue au service de l’histoire. Il est aidé dans son entreprise par un trio d’acteurs remarquable, dont notamment Nicole Kidman (Evie) en mère vénéneuse, capable de s’amouracher du frère de son mari décédé. De la même manière, Matthew Goode (Charlie) joue un homme à la beauté et au charme ambiguës. Séducteur, à la limite de l’être maléfique, il s’insinue dans chaque être comme s’il voulait les possédés à l’instar de sa nièce, la juvénile India (la scène du piano est un modèle du genre).

Tout en atmosphère au départ, Stoker bascule du drame intimiste au thriller, voir au film d’épouvante à mesure où Charlie prend possession de la maison et, d’une certaine façon des êtres qu’il croise comme d’une mante-religieuse. Tel Dracula, le sourire au coin des lèvres, il manipule, apparaît n’importe où au point de sembler omniscient et finit par adopter une figure vraiment terrifiante jusqu’à se débarrasser des gêneurs. Il ressemble d’ailleurs, dans ces scènes, physiquement et mentalement au Norman Bates joué par Anthony Hopkins.

La fin du métrage renforce encore ce côté de tragédie grecque en rendant hommage au travail de mise en scène et d’angles de vue du grand Hitchcock. Stoker est donc une très bonne surprise, à déguster comme un bonbon sucré avec un arrière goût de brûlé.

 

NOTE : 5 / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    tinalakiller (samedi, 05 avril 2014 11:44)

    J'ai beaucoup aimé ce film, que j'ai classé dans mon top 15 des meilleurs films de 2013. C'est sacré bien réalisé, très intelligent, entre Hitchcock et le cinéma asiatique.

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 05 avril 2014 15:42)

    Tout à fait d'accord avec toi pour les références cinématographiques.

  • #3

    Moskau (dimanche, 04 mai 2014 21:26)

    Mon film préféré de 2013 (ex-aequo avec Django Unchained). Une atmosphère inquiétante, et un final qui arrive à surprendre !

  • #4

    laseancearoggy (lundi, 05 mai 2014 19:58)

    Excellent film bien réalisé à l'ambiance particulière, sombre et érotique à la fois.