708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

SECTEUR 7

 

GENRE : Pétroleuse

REALISATEUR : Ji-hoon Kim

ANNEE : 2012

PAYS : Corée-du-Sud

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Ji-Won Ha, Sung-Kee Ahn, Ji-Ho Oh...

 

RESUME :Au fond de l’océan, une forme de vie inconnue qui pourrait être à l’origine d’une énergie révolutionnaire a été détectée. Mais au cours des expériences, les scientifiques font une découverte terrifiante...

 

MON HUMBLE AVIS

Les films ayant pour cadre les plates-formes pétrolières sont rares (l’horripilant Breaking the waves de Lars Von Trier). C’est le cas de ce Secteur 7, même si le décor est totalement réalisé en images de synthèse et que l’action se passe exclusivement en studios.

Après une 1ère séquence sous-marine relativement réussie, il faut se farder au moins 30 minutes de longs dialogues à l’humour tout relatif ou de courses de motos sur la plate-forme (!?!) avant que l’on ne puisse voir la queue du monstre. Secteur 7 fait beaucoup penser à The Host de Bong Joon-Ho grâce à sa créature hybride, et aussi aquatique, qui semait la pagaille en ville. La grosse différence est que les effets spéciaux et visuels de The Host étaient particulièrement soignés, contrairement au film de Ji-hoon Kim. En effet, certains plans de la créature sont ratés, sans parler des décors en CGI ou pire encore de la course-poursuite de la fin entre le monstre et l’héroïne chevauchant sa moto.

Pourtant, le film est généreux. Le monstre apparaissant souvent sous toutes les coutures. Mélange d’un gros vert à mandibules à la démarche d’un éléphant de mer. Du coup, très vite, le film se transforme en déambulation et courses dans les couloirs de la plate-forme entre les travailleurs rescapés et la créature. L’action ne faiblit pas malgré le manque de véracité des affrontements (où les ralentis sont uniquement là pour satisfaire à la 3D) et le problème de la gestion de l’unité de lieu.

Secteur 7 brasse donc plusieurs thèmes comme l’écologie, la recherche de pétrole, le film de monstres dans une ambiance très Alien et, si on ne regarde pas trop aux entournures, parvient par instant à réveiller l’amateur de monstres.

 

NOTE : 3- / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0