745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

SUNRISE

 

GENRE : Inde obscure

REALISATEUR : Partho Sen-Gupta

ANNEE : 2014

PAYS : Inde/France

BUDGET : 700 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Adil Hussain, Tannishtha Chatterjee, Gulnaaz Ansari...

 

RESUME : À Bombay, l’inspecteur Joshi a du mal à accepter la disparition de sa fille de six ans, enlevée il y a une décennie. Persuadé que le mystère se trouve dans le Paradise, night club peu recommandable, il enquête la nuit à la recherche de la vérité.

 

MON HUMBLE AVIS

Battu par une pluie continu, Sunrise évolue dans un contexte sombre, loin des amours et des danses Bollywoodiennes. Le Bombay du monde de la nuit et en particulier celui de la prostitution y compris celle des enfants. Au milieu de ce chaos nocturne organisé, Joshi (Adil Hussain vu dans L’Odyssée de Pi) cherche sa fille disparu depuis cinq années ou plutôt une rédemption entre sa femme au bord du gouffre et des meurtres qui s’amoncellent autour de lui.

Sunrise dégage une puissance incroyable grâce à une photographie magnifique où les couleurs primaires sont sublimées par le chef opérateur français Jean-Marc Ferrière (qui a reçu le prix mérité au festival de Durban), contrastant avec la noirceur des âmes et de l'atmosphère pesante. A cela, il faut ajouter la mise en scène et le cadrage au diapason de cette histoire sordide où les jeunes filles sont des esclaves sexuelles, subissant l'enfermement et la violence au quotidien. Une vie racontée sans pathos mais au plus près de ces êtres recluses dans un immeuble, alors que l'enquête de l'inspecteur se croise et le ramène inexorablement vers le night club "Le Paradise", où les jeunes filles sont exposées aux clients. Une véritable anti-chambre de l'enfer aux éclairages criards.

Film d'atmosphère et de sensation (les dialogues sont rares), Sunrise se métamorphose alors en film de genre lorsque Joshi, aux confins de son cauchemar éveillé, entame sa quête vengeresse et libératrice. Un adversaire fantomatique qu'on ne verra jamais, dont seule la silhouette à la Murnau se découpe sur les murs délavés de la ville ou dans les chambres d'enfants, tel un croquemitaine chimérique. Dans son ultime bobine, le film convoque les esprits de l'expressionnisme allemand avec cet affrontement en ombre chinoise à la beauté fascinante, plongeant encore plus le film dans l'irréalité à mesure où Joshi s'enfonce dans les entrailles de la ville. Une scène à la beauté sépulcrale portée par une musique d'outre-tombe et les gémissements des enfants.

Brillant techniquement, éblouissant visuellement, Sunrise s'impose définitivement comme LA découverte de cette 21e édition, dans une Inde pluvieuse et sans compromis. A Voir est un euphémisme.

 

Note : 5+ / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Rigs Mordo (jeudi, 03 mars 2016 20:37)

    Bon je prends note, car ta superbe chro me donne vraiment envie. Je serais sans doute passé à côté sans toi, donc gros gros merci mon ami !

  • #2

    Nola Carveth (vendredi, 04 mars 2016 19:10)

    Ha c'est vrai qu'il est sorti : sans doute pas par chez moi, mais c'est une bonne nouvelle, car pour un film indien s'inscrivant dans ce style, ce n'était peut-être pas gagné d'avance. Tu avais été bien inspiré d'aller le voir, en tout cas ;)

  • #3

    Roggy (samedi, 05 mars 2016 17:29)

    A Rigs Mordo,
    Merci l'ami et je t'en prie :)

  • #4

    Roggy (samedi, 05 mars 2016 17:31)

    A Nola Carveth,
    J'ai eu la chance de le voir à l'Etrange festival parce que c'est vrai que trouver une salle semble assez coton.

  • #5

    ChonchonAelezig (jeudi, 17 mars 2016 11:38)

    Jamais entendu parler de ça ! En plus quand j'ai vu le début de ton billet "Inde obscure" j'ai éclaté de rire ! Mais ton billet donne envie. Merci ! Et je note ça sur mes tablettes.

  • #6

    Roggy (jeudi, 17 mars 2016 21:39)

    J'espère que tu auras la chance de le voir car c'est une vrai découverte pour moi.