745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

STAR TREK : INTO DARKNESS

 

GENRE : Vers l'infini et au-delà

REALISATEUR : Jean-Jacques ABRAMS

ANNEE : 2013

PAYS : USA

BUDGET : 185 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Chris Pine, Benedict Cumberbartch, Zacharie Quinto...

 

RESUME : Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos. Dans un monde en guerre, le Capitaine Kirk, animé par la vengeance, se lance dans une véritable chasse à l’homme, pour neutraliser celui qui représente à lui seul une arme de destruction massive. 

 

MON HUMBLE AVIS :

La suite du 1er reboot de la célèbre franchise télévisuelle de notre enfance possède de nombreuses qualités. En J.J. Abrams est un formidable raconteur d'histoires. Doté d'un scénario simple, mais solide, Star Trek tisse sa toile avec facilité, sans anicroches, grâce notamment à une réalisation rythmée et sans temps morts.

Les acteurs sont à la hauteur de l'entreprise, notamment "Chris Pine" crédible en Jim Kirk, et "Zaquarie Quinto" parfait dans les oreilles de Spock. De ce casting, émerge Benedict Cumberbartch en méchant de service charismatique à souhait, faisant le lien avec les anciens films de la saga.

Pour une fois, il me semble que le film va crescendo. Débutant sous un déluge d'effets spéciaux, il gagne en profondeur par la suite, en développant la relation Kirk/Spock ou en misant sur l'énigmatique Khan.

J.J. Abrams fait donc du bon boulot, même si certaines scènes d'action sont complètement illisibles, comme la rencontre avec les Klingons, ou certains angles de vue un peu trop "télé". Pour le reste, un savant dosage entre humour et émotion maintient le métrage en vitesse de propulsion constante durant deux heures. Il faut ajouter une musique de qualité et d'envolées lyriques qui accompagnent l'action avec efficacité.

Pour finir, peut-être manque-t-il un soupçon de noirceur dans cet univers de pyjamas fluorescents, toujours aussi kitchs.

 

NOTE : 4 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0