749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

L'HOMME AMPHIBIE

 

GENRE : Marineland

REALISATEUR : Vladimir Chebotaryov & Gennadi Kazansky

ANNEE : 1962

PAYS : URSS

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Vladimir Korenev, Anastasiya Vertinskaya, Mikhail Kozakov...

 

RESUME : Les habitants d'une petite ville côtière sont effrayés par les méfaits d'une créature surnommée « le diable des mers ». Cette créature n'est autre que le fils du docteur Salvatore, qui grâce à une opération peut maintenant respirer sous l'eau en lui greffant des branchies.

 

MON HUMBLE AVIS

Vu dans le cadre du cycle "Monstruosité" au Forum des Images, l'homme amphibie est une sorte de bluette matinée de fantastique. Le début du film fait penser à l'apparition de l'étrange créature du lac noir qui se déplacerait comme le personnage de la série de l'Homme de l'Atlantide. Mais, très vite, on comprend que la créature n'est autre qu'un humain qui a revêtu un costume argenté fluorescent un casque à la manière d'un super-héros. Ce n'est autre que le fils d'une espèce de capitaine Némo qui lui a conféré la capacité de vivre sous l'eau.

Si cette entame installe un climat fantastique à la Jules Verne, la suite n'est pas du même tonneau, à partir du moment où le fils foule la terre ferme à la recherche de la belle dont il a sauvé la vie. Le film se transforme alors en gentille bluette un peu kitch où notre héros est poursuivi par la police et les habitants apeurés. Entre morceaux de musique et danses folkloriques (ce film russe aux accents hispanisants aurait-il été tourné à Cuba ?) l'homme-amphibie développe plusieurs thématiques comme les progrès de la science, la différence qui renvoie directement le personnage du diable des mers à la créature de Frankenstein, poursuivie parce qu'elle ne ressemble pas aux canons humains.

Le métrage n'est pas désagréable à regarder malgré quelques situations un peu grotesques et s'appuie sur une histoire d'amour impossible entre deux êtres que tout oppose. C'est ce pan de l'histoire qui est privilégié au détriment, il me semble, de l'aspect science-fictionnel de l'ensemble qui est rappelé dans une dernière séquence vraiment émouvante.

 

NOTE : 4- / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Alice In Oliver (samedi, 05 avril 2014 16:23)

    Tiens, je m'attendais à un nanar et c'est visiblement un bon film... A voir donc !

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 05 avril 2014 16:27)

    C'est vrai que ce n'est pas à réellement parlé un nanar, même si il est un peu naif et du coup charmant.