745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

HOLY MOTORS

 

GENRE : Etrange concept

REALISATEUR : Leox Carax

ANNEE : 2012

PAYS : France / Allemagne

BUDGET : 4 000 000 €

ACTEURS PRINCIPAUX : Denis Lavant, Edit Scob, Eva Mendes...

 

 

RESUME : De l'aube à la nuit, quelques heures dans l'existence de Monsieur Oscar, un être qui voyage de vie en vie. Tour à tour grand patron, meurtrier, mendiante, créature monstrueuse, père de famille... M. Oscar semble jouer des rôles. Il est seul, uniquement accompagné de Céline, longue dame blonde aux commandes de l'immense machine qui le transporte dans Paris et autour, comme un tueur consciencieux allant de gage en gage.

 

MON HUMBLE AVIS :

Heureusement qu'il existe des résumés pour expliciter l'histoire de ce film, car sa trame est des plus obscures. On suit une personnage qui déambule dans une ville et endosse plusieurs costumes pour accomplir des actes plus ou moins illicites.

Leox Carax (Les amants du Pont-neuf, Pola X) est un cinéaste à part dans le paysage du cinéma français. Il le prouve encore une fois avec cette histoire faite de scènes dont Denis Lavant est le personnage principal.

Parfois mutique ou transformé en monstre, Denis Lavant est en quelque sorte le double du réalisateur. Acteur protéiforme, il endosse les rôles les plus incongrues (un mendiant), un homme simple, ou le costume de Monsieur Merde qu'il revêtait déjà dans le Tokyo du même réalisateur.

Sa performance est à assez extraordinaire dans la mesure où il subit les pires tourments. Il se fait trucider, il est un assassin ou même un combattant d'art martial virtuel. Les scènes n'ont pas vraiment de liens entre elles. Elles peuvent être tout autant poétique que cru.

Holy Motors est une œuvre totalement hybride. Il faut voir Eva Mendes, totalement hallucinée, se faire lécher les assailles par le héros. Le film est à la fois très beau et très agaçant, voire dérangeant par instant. Denis Lavant se promène en limousine (comme dans Cosmopolis de Cronenberg), au gré des rencontres (une Kylie Minogue à la limite) et évolue dans un univers ressemblant au réalisateur et à son comédien. Même la dernière scène est atypique et décalée.

Un film particulier, à l'ambiance onirique qui ne laisse pas indifférent, grâce notamment à un acteur polymorphe aux différentes facettes.

 

NOTE : 4- / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    tinalakiller (samedi, 05 avril 2014 11:08)

    Pour ma part, j'ai vraiment pas accroché. J'ai rien contre les OFNI, au contraire, mais là c'était vraiment trop bizarre, pas assez clair pour moi, ca m'a un peu ennuyé. Par contre, Denis Lavant est génial, il n'y a pas de doute sur sa performance.