749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

HANSEL ET GRETEL : WITCH HUNTERS

 

GENRE : Maccarthysme

REALISATEUR : Tommy Wirkola

ANNEE : 2012

PAYS : USA/Allemagne

BUDGET : 50 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Jérémy Renner, Gemma Arterton, Famke Jansen...

 

RESUME : Liés par le sang, Hansel et Gretel ont aujourd’hui soif de vengeance, et ils s’en donnent à cœur joie. Pourtant, sans le savoir, ils sont désormais victimes d’une menace bien plus grande que leurs ennemis : leur passé.

 

MON HUMBLE AVIS

Le conte de Grimm a du plomb dans l’aile, au sens propre comme au sens figuré. Alors que le début du film suit l’histoire originelle, il bascule rapidement dès qu’Hansel et Gretel, devenus adultes, se muent en chasseurs de sorcières. Hansel et Gretel est un réel plaisir coupable, qui se laisse regarder comme une série B divertissante, même si elle n’est pas exempte de tous reproches.

La 1ère partie est ainsi assez horripilante avec ces scènes de poursuites et de combats entre les héros et les sorcières grimées comme de vieilles prostituées dans un épisode de Buffy contre les vampires. Pire, elles sont mal filmées, illisibles et plagient à outrance les évitements de projectiles à la manière d’un Néo dans Matrix. C’est peut-être le plus gros reproche qu’on pourrait faire. Son anachronisme, son opportunisme et sa volonté de faire "jeune" dans un univers de fantasy.

Hansel et Gretel disposent ainsi d’un arsenal militaire digne d’une guerre au Moyen-Orient (avec même à la fin l’utilisation d’une mitrailleuse lourde !?!). Le parallèle avec les conflits actuels se confirme avec l’utilisation de la torture lors d’interrogatoires musclés pour faire avouer les sorcières, façon Jack Bauer dans un bon épisode de 24 Heures. Surprenant, mais compréhensible pour un film qui veut flirter avec les tendances du moment (le film est particulièrement belliqueux et semble justifier l’utilisation de la torture pour combattre le mal) et titiller les consommateurs de série (il y a même un "fan" des héros qui possède un livre relatant tous leurs exploits...).

Mais que reste-t-il alors ? Quelques idées intéressantes, comme des plans très gores et bienvenus dans cette production (têtes explosées, écrasées, corps disloqués). Hansel (Jérémy Renner) et Gretel (Gemma Arterton) apportent une forme de sincérité dans leur façon de s’investir dans leur rôle.

Il faut noter, la présence du Troll, qui est peut-être le personnage le plus réussi, n’étant pas réalisé en images de synthèse. Il ressemble à un monstre issu du bestiaire de Franck Oz ou de ceux de Max et les Maximonstres réalisé par Spike Jones en 2009. Il possède une vraie personnalité et un aspect archaïque qui tranche avec la modernité ambiante. La bonne surprise du film. Le métrage s’essouffle un peu en son milieu et se termine par un sabbat qui rappellera celui du récent Sorcières de Zugarramurdi d’Alex de la Iglesia, en moins bien malgré tout.

Au final, Hansel et Gretel n’est sans doute pas une grande réussite, même par moment un peu con, mais de temps à autres, la connerie permet de se purger en passant un moment sympathique, le cerveau au repos.

 

NOTE : 3- / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Mr Vladdy (mercredi, 26 mars 2014 23:39)

    Divertissant. C'est pas exceptionnel pour autant mais j'ai passé un bon moment même si je commence à l'oublier. Je le reverrais bien du coin de l’œil.