708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

HAUNTER

 

GENRE : Les Autres

REALISATEUR : Vincenzo Natali

ANNEE : 2012

PAYS : Canada

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Abigail Breslin, David Hewlett, Stephen McHattie...

 

RESUME : Pour des raisons qu’elle ne s’explique pas, Lisa est coincée en 1986, à la veille de ses seize ans. Enfermée chez elle par un jour de brouillard épais, elle revit encore et toujours la même journée. Le plus étrange c’est qu’aucun membre de sa famille ne semble se rendre compte de cette répétition et, bien entendu, personne ne la prend au sérieux quand elle tente d’expliquer que chaque jour le repas cuisiné est inlassablement le même. Mais le récit bascule lorsque Lisa prend conscience d’une effroyable vérité…

 

MON HUMBLE AVIS

Haunter rentre dans une catégorie de films un peu étrange relative à la répétition d’une même journée. On pense évidemment à Un jour sans fin d’Ivan Reitman en 1993, ou plus récemment à Source Code de Doug Jones. Ici, ce postulat n’est qu’un prétexte pour expliquer un contexte rapidement éventé. Mais, ce n’est pas vraiment là le cœur du sujet. Le métrage possède des qualités dans sa façon quelque peu originale de traiter l’au-delà en inversant les rôles et en se plaçant d’un côté rarement abordé.

Vicenzo Natali (Cube, Nothing, Splice) qu’on a connu plus subversif, réalise donc un métrage bien sage auquel on ne peut pas reprocher grand-chose formellement. Bien maîtrisé, bien joué, Haunter est un film de fantômes (oups, j’ai révélé le secret !) qui est agréable à suivre, même s’il part un peu dans plusieurs intrigues et thématiques. Le film se perd entre le thriller, le ghost-movie et le film de serial-killer alors qu’il n’a pas les ambitions suffisantes ni les structures pour développer une telle machine.

Le problème majeur du film est qu’il ne provoque aucune réaction positive ou négative, ni d’empathie pour ses personnages. Pire, dans les moments d’épouvante, il n’y aucune peur, malgré quelques jumps-scares attendus. D’une facture classique, et malgré les velléités de la jeune Abigail Breslin, Haunter a du mal à passer la vitesse supérieure même si quelques éléments extérieurs viennent perturber l’ensemble.

Au final, rien de honteux, mais rien de transcendant non plus. Vincenzo Natali n’insuffle pas sa vitalité, son insolence à ce projet classique de film de fantôme à l’ancienne.

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    les chroniques d'atreyu (jeudi, 02 octobre 2014 11:20)

    on est vraiment loin, tres loin de ce que Natali a pu faire de mieux, et mon préféré reste toujours "Cube" tout en appréciant beaucoup "Cypher", "Splice" et "Nothing" mais celui ci manque cruellement d'idées. Pourtant, le début est intrigant, mystérieux mais le film s'enlise ensuite rapidement pour devenir quelque chose de tres banal et sans réel climax.

  • #2

    laseancearoggy (jeudi, 02 octobre 2014 18:38)

    Je suis complètement d'accord avec toi. Ce film n'est pas au niveau de ses autres productions. Un film de commande sans doute qui ressasse tout ce qu'on a déjà vu.

  • #3

    Moskau (vendredi, 11 novembre 2016 12:16)

    J'apprécie le travail de Vincenzo Natali depuis Cube, autant au cinéma qu'à la télé. Haunted n'est certes pas sa meilleur réalisation (et j'attendais tellement plus son adaptation du Neuromancien de Gibson), pour autant, sans déborder d'idées folles, j'ai bien accroché.