708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

HWAYI : A MONSTER BOY

 

GENRE : Monstre caché

REALISATEUR : Jang Joon-Hwan

ANNEE : 2014

PAYS : Japon

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Yun-seok Kim, Jin-woong Jo, Yeo Jin-gu...

 

RESUME :Hwayi mène une vie paisible avec ses cinq pères, de redoutables tueurs… Enfant, ses pères lui ont appris le maniement des armes et l’art de tuer un homme de sang froid… Mais lors de sa première mission, les choses tournent mal et Hwayi découvre que ses pères ne sont peut-être pas ceux qu’ils prétendent… Qui est-il réellement ? En proie au doute, Hwayi va peu à peu devenir tel que ses parents l’ont façonné : un tueur impitoyable à leur image…

 

MON HUMBLE AVIS

Encore un polar coréen me direz-vous ? Et je vous répondrai par l'affirmative, mais aussi encore une bombe à fragmentation venue du pays du matin calme (pas tant ça finalement). A chaque fois, on se dit que ça va être toujours pareil et puis on est surpris par l'originalité et la qualité du scénario.

Un enfant enlevé dans son enfance est élevé par ses ravisseurs (il les appelle d'ailleurs tous « papa ») partage leur vie de criminels jusqu’au jour où il découvre qu'il a été volé à sa famille. En apprenant la nouvelle et en répercutions d'un fait dramatique, il décidera de se venger. Au passage, un thème récurrent du cinéma coréen, on se souvient de la trilogie de la vengeance de Park Chan-Wook.

La vengeance est décidément un plat qui se mange froid, accompagné d'une sauce rouge sang. Car le film est ultra violent même s'il n'oublie pas de dispenser des scènes plus calmes où crée une réelle empathie pour les personnages. Le scénario, brillant, distille ainsi un mélange d'action (une course-poursuite très drôle) et des instants plus calmes mettant en valeur la personnalité troublée de cet enfant disparu devenu presque un adulte. Traumatisé par son enlèvement, il voit un monstre le poursuivre depuis qu'il est petit. Sans oublier des gunfights sanglants que n'aurait pas renié un Sam Peckinpah.

Hwayi : a monster boy est donc un polar hard-boiled qui ne fait pas dans la demi-mesure (pour l'espoir final on peut toujours se brosser). En revanche, avec leurs 2 heures réglementaires, les cinéastes coréens ont toujours du mal, me semble-t-il, à terminer leurs films. C'est que le cas de Jang Joon-Hwan, dont c'est le deuxième film après Save the green planet. Une conclusion un peu longue mais qui n'entâche en rien le résultat final.

 

Note : 5- / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0