708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

INTERSTELLAR

 

GENRE : L'odyssée de Cooper

REALISATEUR : Christopher Nolan

ANNEE : 2014

PAYS : USA

BUDGET : 165 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Matthew MacConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine...

 

RESUME : Alors que la vie sur Terre touche à sa fin, un groupe d’explorateurs s’attelle à la mission la plus importante de l’histoire de l’humanité : franchir les limites de notre galaxie pour savoir si l’homme peut vivre sur une autre planète…

 

MON HUMBLE AVIS

Heureux qui comme le spectateur a fait un beau voyage aux confins du système solaire, entre les interstices de l'univers, là où se confondent les dimensions temporelles et gravitationnelles. Christopher Nolan (The Dark knight, Inception) livre ici une œuvre de science-fiction à la fois spirituelle et spectaculaire, grâce à un scénario de qualité (écrit avec l'aide de son frère) et une émotion quasi permanente.

Interstellar commence comme un film intimiste, au contact d'une famille de paysans américains, dans un futur proche, luttant pour la survie de la planète en proie à une famine mondiale suite à un dérèglement climatique. Le réalisateur crée une empathie pour les personnages dans leur quotidien, progressivement altéré par des effets liés à des changements de gravitation. C'est le point de départ d'une histoire simple qui se transforme en conquête de l'espace avec la découverte d'une faille temporelle. On est là proche d'un revival de L'étoffe des héros.

Si Interstellar est avant tout un film à grand spectacle, il est aussi une œuvre réflexive sur le devenir de l'humanité, posant les questions de l'utilité de la science au détriment de l'être humain. Faut-il se consacrer à l'homme ou mettre de l'argent pour la conquête de l'espace ? Nolan choisit son camp et réalise ici un plaidoyer pour la découverte de mondes nouveaux qui, par ricochet, aura une répercussion bénéfice pour le genre humain. Mais, ces voyages s'accompagnent aussi de réflexions sur la culpabilité. Partir, abandonner les siens pour assouvir sa propre soif d'aventure. C'est le destin de Cooper (Matthew MacConaughey) ancien astronaute qui fait le choix de donne sa vie tel un navigateur des temps modernes.

Des sentiments contradictoires qui vont se mêler à la solitude et à la lâcheté. Car, contrairement à d'autres films comme Armaggedon, Nolan n'a pas écrit des personnages à l'héroïsme exacerbé. Ils sont terriblement humains, empreints d'un mélange de désirs scientifiques et de peurs liés à l'inconnu. Une fois dans l'espace, il n'y a aucune échappatoire (la similarité avec les navigateurs solitaires est d'ailleurs évoquée). Perdu dans l'espace, l'homme n'est plus rien au milieu du grand tout. Des sensations particulièrement bien rendues par un scénario qui va à l'essentiel sans changer de rythme. Des ellipses nécessaires pour parvenir au bout d'un voyage sans fin, portées par une musique immersive et grandiose, montant en puissance grâce à une gradation de son intensité. Une bande-originale signée Hans Zimmer aux accents déchirants et synthétiques rappelant même les ambiances des films des 70's.

Aucune fausse note non plus dans le choix des comédiens. Matthew MacConaughey est très certainement, à l'heure actuelle, le meilleur acteur américain et s'inscrit définitivement dans la lignée des plus grands. Totalement crédible en astronaute-ingénieur, il l'est tout autant en père de famille. Doté d'un charisme animal, il est aussi pétri d'émotion et, contrairement à la plupart des acteurs au jeu monolithique, tout se lit sur son visage. Un film qui réunit aussi une constellation de stars (Anne Hathaway, Matt Damon, Jessica Chastain) et d'acteurs confirmés comme Michael Caine, qui crédibilisent d'autant plus l'entreprise de Nolan.

A l'inverse de Gravity, le film ne mise pas exclusivement sur les effets spéciaux. Même si techniquement Interstellar est réussi, ce qui prime ici est l'émotion. Peut-être un peu trop diront certains, mais elle n'est jamais de mauvais goût ou sirupeuse. Notamment dans une dernière partie marchant sur les traces de 2001, l'Odyssée de l'espace, sans jamais pourtant parvenir à égaler les intonations philosophiques du chef-d’œuvre de Kubrick. Un final beau et sensible qui a l'avantage de mettre au premier plan la figure de l'homme en rejetant toute connotation religieuse ou messianique. Un anti-panthéisme bienvenu pour une fin renvoyant au A.I de Spielberg. Au final, Interstellar est un grand film d'aventure à la croisée des mondes, du temps et de l'amour. Une science-fiction riche et intelligente au centre de laquelle l'homme est la clé de toute histoire, la clé de la vie.

 

NOTE : 5+ / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 17
  • #1

    Rigs Mordo (lundi, 10 novembre 2014 19:42)

    Film que je ne verrai pas donc peu de chance qu'on en parle un jour mais je tiens à souligner l'excellence de la chronique, sans doute meilleure que le film (nyark nyark nyark) ! ;)

  • #2

    laseancearoggy (lundi, 10 novembre 2014 19:47)

    Je te remercie pour ta franchise et pour ton commentaire Rigs ! Dommage que tu ne visionnes pas quand même malgré ton aversion pour Nolan :) Un jour peut-être...

  • #3

    Rigs Mordo (lundi, 10 novembre 2014 19:51)

    Je n'ai pas toujours eu cette aversion, j'adore Le Prestige et le deuxième Batman, mais le reste... Comme je ne suis pas du genre à m'envoyer un film que je suis persuadé de détester juste pour le plaisir de le démonter par la suite, je préfère en rester là avec le Nolan :)

  • #4

    laseancearoggy (lundi, 10 novembre 2014 19:55)

    Je comprends ton propos, et en plus le film dure 2h50...

  • #5

    Rigs Mordo (lundi, 10 novembre 2014 19:58)

    Ah oui, ouch...

  • #6

    Dirty Max 666 (mardi, 11 novembre 2014 14:57)

    Très très belle chronique, Roggy, ça ne fait aucun doute ! Toujours pas vu le film mais tout comme Rigs, je trouve que Nolan est un cinéaste un peu surestimé...Si ses films sont riches, adultes et ambitieux, le bonhomme n'est pas toujours à l'aise avec l'action (cf. les affrontements mollassons de "The Dark Knight Rises" ) et la narration (cf. les gros raccourcis dans la même péloche). Malgré tout, cet "Interstellar" doit être un beau voyage, à faire exclusivement sur grand écran, j'imagine... Sinon, j'ai l'impression que la merveilleuse Jessica Chastain n'a qu'un rôle secondaire, dans ce film. Et ça franchement, c'est impardonnable !

  • #7

    laseancearoggy (mardi, 11 novembre 2014)

    Merci pour ton commentaire Max. Tu as raison, il faut voir le film sur grand écran, ce qui lui donnera toute sa dimension science-fictionnelle. Je suis d'accord sur "The Dark Knight Rises" qui n'était pas très bon. Ici, le scénario est mieux tenu et la mise en scène sobre met bien en lumière l'action. Pour Jessica Chastain, même si elle n'a pas le rôle principal, son apport est néanmoins important.

  • #8

    Princécranoir (mardi, 11 novembre 2014 17:43)

    Je confirme : la belle Jessica tient un rôle en tous cas plus conséquent que Anne Hathaway qui n'est qu'un doublon sans grand intérêt. N'étant pas Nolanophobe comme certaines voix qui se sont ici exprimées, j'ai pu apprécier ce film, me réjouir de ses belles idées et regretter parfois quelques pesanteurs habituelles. Mais je dois avouer, comme Roggy (qui offre une belle tribune au film), avoir pris du plaisir. Je confirme aussi sur le sujet McConaughey qui s'avère tout à fait crédible en astronaute-agriculteur.

  • #9

    laseancearoggy (mercredi, 12 novembre 2014 13:31)

    Finalement, tu es globalement d'accord avec moi ! C'est vrai que j'ai éludé les défauts et les lourdeurs volontairement car le voyage a primé sur le reste...

  • #10

    Mr Vladdy (mercredi, 12 novembre 2014 19:29)

    J'ai bien aimé ce film même si ça reste l'un des films de Nolan que j'aime le moins. D'ailleurs, au début j'étais parti sur un 4/5 et au final j'ai opté pour un 3.5 plus proche de mon ressenti. Reste que c'est un très bon film de cinéma que je ne regrette pas d'avoir vu ;-)

  • #11

    laseancearoggy (mercredi, 12 novembre 2014 19:50)

    Merci pour ton commentaire, je vais aller voir ta chronique pour comprendre ton avis :)

  • #12

    2flicsamiami (jeudi, 13 novembre 2014 09:11)

    Je suis aussi en phase avec ton avis (décidément). Un vrai beau voyage dans l'espace qui écrase de son intelligence le divertissement forain et sans âme offert l'an passé par Cuaron.

  • #13

    laseancearoggy (jeudi, 13 novembre 2014 18:46)

    Je n'ai pas grand-chose à ajouter puisqu'on est d'accord :) Merci pour ton passage interstellaire...

  • #14

    Moskau (dimanche, 16 novembre 2014 13:55)

    Un film a voir au cinéma, tant le voyage offert mérite les meilleurs conditions ! Et à revoir tant le film est riche d'informations et d'interprétations. Un des films que j'attendais le plus, et je ne suis pas déçu.

  • #15

    laseancearoggy (lundi, 17 novembre 2014 18:33)

    Complètement d'accord avec toi sur ce beau voyage au-delà des nuages et du temps. Ca fait du bien d'aller au cinéma dans ce cadre-là...

  • #16

    tinalakiller (vendredi, 05 décembre 2014 19:53)

    Une belle réussite, pourtant je suis loin d'être fan de Christopher Nolan. Un film magnifique visuellement (vraiment une expérience!) mais également un film poignant. Le casting est très bon, les 2h50 passent très vite, les propos scientifiques sont parfois pointus mais pourtant le film est accessible, et j'ai également beaucoup aimé la musique.

  • #17

    laseancearoggy (vendredi, 05 décembre 2014 20:40)

    Complètement d'accord avec sur la beauté du film et sur le voyage aux confins des galaxies. A voir sur grand écran !