708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

L'ILE DU DR MOREAU

 

GENRE :

REALISATEUR : Erle C. Kenton

ANNEE : 1932

PAYS :USA

BUDGET :

ACTEURS PRINCIPAUX : Charles Laughton, Richard Arlen, Leila Hyams...

 

Pitch : Rescapé d’un naufrage, Edward Parker est amené sur une île dirigée par l’inquiétant Docteur Moreau, peuplée d’étranges créatures.

 

Première adaptation du roman de H.G. Wells datant de 1896, L'île du Docteur Moreau est une production Paramount (pour concurrencer la Universal) réalisée par Erle C. Kenton, qui œuvrera plus tard sur d'autres titres fantastiques comme House of Frankenstein ou House of Dracula. Le film sera dénigré par Wells parce qu'il en éludera le côté « classe sociale » du roman au profit de thématiques plus horrifiques et de la présence de personnages féminins. On comprend mieux alors pourquoi il fut interdit en Angleterre jusqu'en 1958, tant le film développe des thématiques dérangeantes sur la vivisection animale mais aussi sur la façon dont il met en avant la côté sensuel féminin qui a sans doute choqué la censure à l'époque.

En effet, pour un film du début des années 30, le ton est assez libre et on découvre cette île mystérieuse transformant les animaux en humains (ou presque) puisque le fameux Docteur interprété par Charles Laughton, acteur surtout connu pour avoir tourné La Nuit du chasseur en 1955, ne parvient pas à réaliser la symbiose parfaite entre les deux genres. Il profite de l'arrivée d'Edward Parker (Richard Allen) pour tester sa dernière création, Lota (Kathleen Burke) femme-panthère aux atours féminins mise en lumière par un bikini et cherchant à émoustiller Parker. Moreau n'hésite pas à la jeter dans les bras de ce dernier pour prouver qu'il a créer la femme parfaite. On imagine la censure voyant cet homme embrasser cette femme-animal très peu vêtue.

Bela Lugosi sous son maquillage
Bela Lugosi sous son maquillage

Le personnage de Moreau est ici présenté comme un mélange entre le Docteur Frankenstein et la figure du savant fou se prenant pour Dieu grâce à ses créations, se permettant de martyriser ses « enfants » dans la "maison des souffrances" où il pratiques ses méfaits et d'où il émane de longs cris stridents de douleur. Des créatures hybrides issus d'animaux comme le chien, le lion ou le singe aux maquillages particulièrement réussis pour l'époque, dont on a bien du mal à reconnaître l'immense Bela Lugosi en meneur de la fronde contre le Docteur. Car ce dernier mène au fouet sa troupe de parias, vivant dans un village à l'écart de sa demeure, au son de règles apprises par cœur par ces êtres mus désormais en monstres mais surtout en esclaves au service de la folie d'un homme.

Dans un noir et blanc magnifique et sur une île à l'exotisme exacerbé, L'île du Docteur Moreau remplit son rôle de film d'aventure avec une pointe d'épouvante mais toujours avec humour, notamment dû à la maladresse involontaire des créatures et au personnage du Docteur Moreau auquel Charles Laughton apporte une touche espiègle et subversif. Très avance sur son temps dans son ambiance, le métrage développe également des thématiques science-fictionnelles sur le clonage ou l'hybridation comme une résonance aux questions sur l'éthique contemporaine.

 

4/6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0