745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

IT FOLLOWS

 

GENRE : Les suiveurs

REALISATEUR : David Robert Mitchell

ANNEE : 2014

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Maika Monroe, Heather Fairbanks, Keir Gilchrist...

 

RESUME : Pour Jay, âgée de 19 ans, la rentrée devait être synonyme de cours à la fac, de rencontres avec des garçons et de week-ends passés au bord du lac. Mais après un rapport sexuel d'apparence anodine, elle se retrouve hantée par d'étranges visions et par le sentiment inexorable d'être suivie par une présence. Abasourdies, Jay et ses amies doivent désormais trouver le moyen de fuir cette menace terrifiante qui semble les rattraper…

 

MON HUMBLE AVIS

Quand le cinéma US indépendant rencontre les teen-movies mâtiné de fantastique, cela peut donner des navets comme le très bas du front All the cheerleaders die, ou un petit film d'épouvante à l'ancienne lorgnant avec respect du côté de chez Carpenter.

Dès la 1ère séquence, un plan circulaire montrant le désarroi d'une jeune fille poursuivie par une chose inconnue, le réalisateur choisit de créer une ambiance étrange et flottante portée par une caméra fixe et lente. Un parti pris qui confère à ce It follows une atmosphère différente des teen-movies classiques. On est en effet assez proches de Virgin suicide dans un univers ressemblant fort à Desperates housewives. Des alignements de résidences autour d'une rue principale où se parquent les familles aisées américaines. L'intervention du fantastique dans un quotidien semble-t-il bien sage renforce encore plus la bizarrerie des événements.

David Robert Mitchell ancre son récit dans une Amérique bien connue où le sexe est vu comme une malédiction. Une connotation puritaine peut-être un peu trop appuyée mais récurrente dans le cinéma US. Pourtant, cette charge contre les relations sexuelles hors mariage est le prétexte pour transmettre non pas des MST mais une malédiction qui collera à la peau de celui ou celle qui a fauté. C'est la bonne idée du film qui se traduit par l'apparition de personnages souvent vêtus de blanc ayant pour but de poursuivre inexorablement la personne élue pour la tuer. Ce qui nous vaut des plans très réussis comme cet homme nu sur un toit où cette vieille femme traversant un campus.

Le côté surnaturel ne sera pas expliqué parce qu'il semble intégrer naturellement au récit et peut surgir de n'importe où au travers d'êtres capables de changer d'apparences à tout moment. Un peu comme dans les films de John Carpenter auquel on pense instantanément avec cette ambiance de suburbs américaines, de sons de la nature comme si le temps s'était arrêté. Porté par une excellente musique de Disasterpeace très Carpenterienne, à la fois électro et proche du giallo, It follows navigue dans les eaux troubles de l'étrange comme si le Club des 5 s'était perdu dans la ville d'Haddonfield dans Halloween.

D'autres références sont présentes comme le cinéma asiatique d'épouvante avec la série des Ring (la scène de la piscine) mais le film fait aussi penser au récent Citadel avec le caractère social qui émergent des deux films. En effet, le réalisateur profite du film pour dénoncer les deux Amérique qui cohabitent, celles des quartiers riches et celles des pauvres des villes abandonnées du fait de la crise. Un des derniers plans du film sur un vieux bâtiment abritant la piscine est ainsi très beau et fait penser à un château hanté, alors que c'est juste un immeuble de Détroit. Une ville qui, à l'instar de la Nouvelle-Orléans, a été vidée de ses habitants et semble comme un vaisseau fantôme avec ses maisons délabrées.

Au final, It follows est un teen-movie intelligent où le fantastique s'insinue avec parcimonie et sans trop d'effets de manche avec des scènes de flippes plutôt réussies.

 

Roggy : 4+ / 6

Marina : 4+ / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 23
  • #1

    Rigs Mordo (lundi, 02 février 2015 20:07)

    Un film qui buzze bien mais dont je lis la première critique. Ca fait plutôt envie, même si je me méfie toujours un peu des films qui font parler d'eux à ce point. Mais ta très belle chronique donne envie donc finalement j'attends ça de pied ferme, je suis désormais intéressé, d'autant que tu ne te joins pas à la meute des "c'est une révolution!" :)

  • #2

    laseancearoggy (lundi, 02 février 2015 20:26)

    Le film a fait le tour des festivals et a souvent remporté la mise car il est plutôt original et bien fait. Sincèrement, je ne pense pas que ce soit une révolution, juste un bon film et ce n'est déjà pas si mal.

  • #3

    Dirty Max 666 (mardi, 03 février 2015 17:13)

    C'est le prochain film que je vais aller voir en salle, enfin seulement si le nombre de copie me permet de le découvrir en Province...Ta critique me motive encore plus. Le rapprochement que tu fais avec "Virgin suicides" me fait penser à un autre teen/slasher movie : "All the boys love Mandy Lane". Mais j'ai l'impression que "It follows" est davantage un film fantastique avec un gros argument surnaturel...

  • #4

    laseancearoggy (mardi, 03 février 2015 19:15)

    Si le film fait penser à "All the boys love Mandy Lane" et à "Virgin suicides", il est plus tourné vers le fantastique avec des apparitions bien flippantes et des séquences très originales. A bien des égards, il y a aussi une filiation avec le cinéma de Carpenter. J'espère que le film te plaira et que tu en feras une belle chronique dont tu as le secret.

  • #5

    catbichon@orange.fr (jeudi, 05 février 2015 10:58)

    Bonne nouvelle, ce n'est pas si souvent qu'on a des bons horreur/fantastique. Mais comme il buzze beaucoup, ça fait peur. Avec ton avis éclairé, beaucoup moins ! Merci.

  • #6

    laseancearoggy (jeudi, 05 février 2015 18:57)

    Je ne te le fais pas dire car dans le milieu où le cinéma de genre ne se renouvelle pas tellement, "It follows" fait au moins preuve d'originalité. Merci pour ton passage et ton commentaire :)

  • #7

    alice in oliver (vendredi, 06 février 2015 09:52)

    Excellente surprise, mieux encore, il y avait bien longtemps que le cinéma horrifique ne nous avait pas présenté un film de cette trempe. 4/6 ? C'est vraiment sévère...

  • #8

    laseancearoggy (vendredi, 06 février 2015 19:23)

    Déjà j'ai mis 4+, ce qui veut dire que ça se rapproche du 5 :). Pour le reste, je suis d'accord avec toi sur la qualité du film et son originalité. A mon avis, ce n'est pas non plus le film de l'année. Juste un bon petit film fantastico-horrifique. ET, c'est déjà pas si mal !

  • #9

    Tinalakiller (dimanche, 08 février 2015 11:40)

    Vu hier et pour être honnête, j'ai été pas mal déçue. Je ne dis pas que c'est mauvais mais je ne partage pas du tout l'enthousiasme général. Le film ne fait pas vraiment peur (quand je vois des critiques qui disent que c'est le film le plus effrayant de la décennie, j'ai vraiment envie de filer des claques !) et il y a selon moi une quantité de défauts ou de choses qui ne vont pas.

  • #10

    laseancearoggy (dimanche, 08 février 2015 11:45)

    Je peux te comprendre car les critiques sont peut-être surdosées pour ce film qui est pour moi très réussi, mais qui n'est pas non plus la flippe de l'année.

  • #11

    Princécranoir (dimanche, 08 février 2015 20:12)

    Je suis un peu comme Tina (même je trouve que le côté flippe est géré correctement), assez déçu au final. Bien je développerai dans ma chronique mais je trouve de nombreux aspects inaboutis, aux contours flous assez dérangeants. Les thèmes (les ados et le sexe, les mœurs parentale, la ségrégation économico-sociale à Detroit), l'époque présentée : j'ai passé mon temps à me demander ce qu'il voulait vraiment me raconter. C'est pourtant filmé avec une certaine ostentation de style (trop parfois au point de créer des effets maladroits comme cet illisible traveling tournant dans le hall du lycée), avec en ligne de fuite un côté Sofia Coppola comme tu l'as écrit, ou Gus Van Sant.

  • #12

    laseancearoggy (lundi, 09 février 2015 13:57)

    Je pense au final que le film plait parce qu'il est relativement original et bien foutu si on le compare aux autres productions de genre, surtout horrifique. Je prendrai pour exemple un phénomène identique l'an dernier avec "Mister Babadook" qui est certes un bon film d'épouvante mais n'atteint pas non plus le summum annoncé partout.

  • #13

    Tinalakiller (lundi, 09 février 2015 22:10)

    Certes, Babadook n'était pas hyper effrayant (quoique les séquences avec le Babadook sont efficaces, bien plus que dans It follows) mais au moins la réalisatrice savait ce qu'elle racontait, ce n'était pas le bordel dans sa tête.

  • #14

    laseancearoggy (mardi, 10 février 2015 18:57)

    Ce que j'ai aimé dans "It follows", c'est son approche décalé du genre et les apparitions vraiment effrayantes des disparus.

  • #15

    Tinalakiller (mardi, 10 février 2015 21:38)

    J'ai un peu du mal à voir quelque chose de décalé dans l'approche du genre. Le fait de faire une mise en scène qui peut rappeler du Gus Van Sant ou du Sofia Coppola fait-elle partie de ta vision de ce décalage (histoire de voir si on parle de la même chose ;) ). N'est-ce pas un peu un attrait superficiel ? Si on enlève cet aspect, ça recycle pas mal des classiques (on voit beaucoup trop les références). J'avoue avoir du mal à le voir. Bon après pour ce qui est de la peur, ça dépend vraiment des goûts et des sensations de chacun ;)

  • #16

    laseancearoggy (mercredi, 11 février 2015 19:01)

    Pour moi le décalage, c'est le fait de détourner les codes du film d'horreur en copiant d'autres façons de filmer comme John Carpenter, mais aussi le cinéma indépendant USA ou, effectivement, du Gus Van Sant et du Sofia Coppola.

  • #17

    Tinalakiller (jeudi, 12 février 2015 14:24)

    Je comprends ce que tu veux dire :)

  • #18

    potzina (vendredi, 13 février 2015 17:57)

    Je ne l'ai pas encore vu mais je compte bien le voir en salles cette semaine. Tout le monde en parle et j'ai bien envie de me faire ma propre idée :)

  • #19

    laseancearoggy (vendredi, 13 février 2015 18:29)

    Je pense que le film devrait te plaire. Et, j'espère que tu en feras un retour sur ton blog.

  • #20

    ingloriuscritik (samedi, 14 février 2015 15:09)

    Content que nous aillons eu la même "lecture" .
    Et encore admiratif de ton art de la synthèse dans l'analyse : respect !
    Par contre j'ai bien fait de ne pas te lire avant visionnage , dans ma quête de conserver toutes surprises , gavés que je fut de tout le tapage autour de ce qui est une vrai petite perle !

  • #21

    laseancearoggy (samedi, 14 février 2015 17:42)

    Merci l'ami pour ton commentaire fort sympathique. Il me tarde aussi de te lire sur ton futur blog !

  • #22

    Moskau (dimanche, 20 décembre 2015 10:28)

    Une petite claque ce film ! Le point de départ est simple comme tout, mais le résultat est sacrément efficace. Hâte de connaître le prochain projet du réalisateur.

  • #23

    Roggy (dimanche, 20 décembre 2015 15:56)

    L'histoire est en effet originale tout comme son traitement. A voir effectivement pour la suite.