745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

IT’S ALIVE

 

GENRE : Non, it’s dead

REALISATEUR : Joseph Rusnak

ANNEE : 2008

PAYS : USA

BUDGET : 10 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Bijou Phillips, James Murray, Raphaël Coleman...

 

RESUME : Une jeune Américaine accouche d'un bébé monstrueux et meurtrier qui, dès qu'il ouvre un oeil, assassine médecin et infirmières...

  

MON HUMBLE AVIS :

It’s alive est le remake du film réalisé par Larry Cohen. L’original est un petit film d’horreur à l’ancienne daté de 1974, qui connaîtra d’ailleurs deux suites. Une histoire pour le moins originale, anticonformiste avec des effets mécaniques et sanglants.

Le remake est à la mode surtout pour des œuvres reconnues. Alors, refaire une péloche oubliée qui a 40 ans, pourquoi pas ? Sauf que là, l’original est (encore une fois !) bien meilleur que ce succédané.

La faute à un script paresseux, sans intérêt, ne se concentrant pas assez sur les exactions du bébé, mais sur les états d’âme de la mère (pas toujours très juste). Le réalisateur n’arrive jamais à installer une atmosphère de terreur alors que le petit monstre massacre tout ce qui passe à portée, animaux comme humains. Même la famille ne semble pas concernée par ce qui se passe. Personne n’a l’air de se poser de questions sur le fameux rejeton. Sans parler du gamin qui voit le chat se faire boulotter et n’en parlera à personne !

Hormis la scène de l’accouchement un peu sanglante, les meurtres suivants sont tous en contre-champs et alimentés à l’hémoglobine en boîte (numérique). De la même manière, le gamin n’apparaît que de rares fois, en CGI tout vilain, digne d’un Asylum sans argent (c’est dire). 

 

Conseil : (re) voir l’original qui, dans mon souvenir, était beaucoup plus plaisant car on voyait le "monstre" en animatronique ramper et attaquer.

 

A Noter : Dans la même veine (mais en mieux et plus transgressif), je vous conseille le film Grace où la mère découvre que son fils préfère le sang au lait (moi non plus, je ne digère pas le lait...).

  

NOTE : 1 / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0