588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

BLASTFIGHTER, L’EXECUTEUR

 

GENRE : Exterminator

REALISATEUR : Lamberto Bava

ANNEE : 1985

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Michael Sopkiw, Valentina Forte, Luigi Montefiori...

 

RESUME : A sa sortie de prison, Tiger Sharp est attendu par Billy policier qui lui remet un fusil perfectionne. Il part dans son village natal ou il va retrouver un vieux camarade et sa fille Connie. Tiger, ancien policier, va proceder a une serie de vengeances dans un veritable carnage.

 

MON HUMBLE AVIS

Blastfighter, l'exécuteur est un bon petit nanar tourné en Géorgie, fait par un Italien, Lamberto Bava (Démons 1 et 2) qui utilise ici un pseudonyme John Old Jr (!?!). Un grand moment de confrontations entre un ancien flic qui a vu sa femme se faire tuer et une bande de redneck dégénérés, adepte du fusil et chasseurs viandards qui accumulent les trophées. Le tout dans une VF très drôle, utilisant des mots très français (« agaceries », « les poulagas »), et qui mettent encore mieux en valeur les dialogues à l'emporte pièces du film.

Le film s'apparente à une course-poursuite entre le flic et sa fille contre des dizaines de rednecks près à en découdre. Une sorte de Delivrance qui aurait rencontré The Exterminator (1980) de James Glickenhaus avec son ancien soldat du Vietnam qui se fait justice lui-même à coups de lance-flamme. Car, le flic a récupéré une arme de guerre à la technologie hyper développée qui envoie des balles de tous calibres et même des roquettes. Grimé comme Rambo, il va faire exploser tout ce beau monde dans un déluge de feu et d'explosions des plus réjouissants.

Au casting de cet incunable nanardesque, on retrouve Michael Spokiw aperçu dans 2019 après la chute de New-York en flic moustachu et délivreur de tatanes et ce bon vieux Georges Eastman (Atomic Cyborg en autre et ami anthropophage de Rigs et Max...) qui promène sa carrure imposante de patriarche, et qu'on retrouvera pour l'affrontement final.

Un excellent moment de rigolade entre festivaliers pour ce film très agréable à suivre dans les scènes d'action, à l'humour involontaire servi par des dialogues aux petits oignons, dignes d'une double séance lors d'une soirée Bis à la Cinémathèque.

 

Note : 5 / 6

Écrire commentaire

Commentaires : 0