623 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE BAY

 

GENRE : Dark of the bay

REALISATEUR : Barry Levinson

ANNEE : 2012

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Will Rogers, Kether Donohue, Franck Deal...

 

RESUME :La petite ville côtière de Chesapeake Bay doit sa prospérité à l’élément aquatique. Lorsque deux biologistes français relèvent un affolant niveau de toxicité de l'eau et tentent d’alerter le maire, ce dernier refuse de semer la panique dans sa paisible cité. Inaction fatale, puisqu'une épidémie mortelle ne tarde pas à se répandre, qui voit les habitants se transformer en hôtes de parasites mutants, tandis que Chesapeake Bay sombre dans l'horreur.

 

MON HUMBLE AVIS

Quand le réalisateur de Rain Man, Harcèlement ou encore Sphere se lance dans le found footage, on est un peu perplexe. Basé sur un fait réel quant à l’existence du parasite, le film se place au-dessus des autres productions de ce type sans jamais atteindre les sommets dont la presse l’a pourtant affublé.

Utilisant toutes les caméras à sa disposition (caméra embarquée dans un véhicule de police, caméra amateur, webcam...) Barry Levinson exploite à fond toutes les possibilités des nouvelles technologies et construit une histoire qui ressemble beaucoup à un film de zombies alors que ce ne sont que des infectés. Il réalise donc ici un « documenteur » (vrai-faux documentaire) grâce au témoignage filmé d’une journaliste qui a survécu à la tragédie et qui réalisé un reportage sur place.

Pour enrichir son propos, différents points de vue sont agencés de manière à montrer la découverte et l’évolution du virus qui tue de manière très violente (les êtres vivants implosent littéralement). On suit ainsi plusieurs protagonistes dans leur destin plus ou moins funeste, des flics avec caméra embarquée, aux caméras de surveillance des rues. Pour donner une crédibilité au propos, le réalisateur montre deux visions qui s’étaleront sur tout le film. Celle d’un couple de scientifiques qui découvre et comprend comment se transmet le virus et sur celle d’échanges répétées entre le médecin aux urgences et la cellule nationale chargée des contaminations.

Au final, le film est un peu répétitif, quand il ne donne pas la nausée du fait des caméras portées, et a du mal à dépasser son concept même si le montage n’est pas très long et malgré une fin qui tombe comme un cheveu sur la soupe.

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    tinalakiller (samedi, 05 avril 2014 11:02)

    J'ai eu beaucoup de mal avec ce film. Comme tu dis c'est quand même très répétitif, ça a du mal à aller au bout de ses idées, on s'ennuie quand même beaucoup alors que le film dure du genre 1h15. Ca fait pas non plus peur ou c'est ni très écoeurant. A mon avis, c'est loupé.