588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

BATMAN Vs SUPERMAN : L'AUBE DE LA JUSTICE

 

GENRE : Des hommes et un dieu

REALISATEUR : Zack Snyder

ANNEE : 2016

PAYS : USA

BUDGET : 250 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Ben Affleck, Henry Cavill, Jesse Eisenberg...

 

RESUME : Craignant que Superman n'abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l'affronter : le monde a-t-il davantage besoin d'un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d'un justicier à la force redoutable mais d'origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l'horizon…

 

MON HUMBLE AVIS

La guerre que se livrent Batman et Superman est à l’image de celle engagée entre DC Comics et Marvel. Même si la firme aux idées possède une longueur d’avance avec Avengers, son concurrent direct sort l’artillerie lourde avec ce cross-over des deux franchises de gondoles de son écurie. Un premier pas pour la mise en place de sa future Justice League qui rassemblera les héros de la maison DC Comics à l’instar du voisin d’en face.

La différence est que DC prend le temps et n’inonde pas la planète de ses super-héros comme une courante qui durerait toute la vie. Alors que le personnage de Batman avait été exploité jusqu’à l’os avec la trilogie de Nolan, Man of steel avait surtout permis de relancer l’homme au slip rouge sous la caméra aiguisée d’un Zack Snyder qu’on ne présente plus. De son excellent remake de Zombie (L’armée des morts) à son péplum stylisé 300. Sans oublier son magnifique Watchmen dont le propos et le design sont proches de Batman vs Superman. Le réalisateur de Sucker Punch reprend donc le flambeau avec cette vrai fausse suite de Man of Steel, dont il était déjà l’auteur, puisque le film débute avec le combat de fin entre Superman et le général Zod mais vu sous un angle différent. En effet, la bonne idée du film est d’y insérer le personnage de Batman, sous son costume de suffisance Bruce Wayne, et d’en faire un spectateur lambda de cette bataille titanesque. Un point de vue à hauteur d’homme, à l’image de celui du Godzilla de Gareth Edwards, symbolisant bien la dichotomie ambiante qui irisera tout le film entre le presque Dieu Superman et le simple homme Batman sans aucun pouvoir.

Si cette entame est intéressante c’est surtout parce qu’elle aborde un thème qui, à ma connaissance, n’a jamais vraiment été traité auparavant dans les blockbusters. En l’occurrence, les dommages collatéraux et les victimes innombrables dues aux destructions massives engendrées par l’affrontement de ces personnages surhumains réduisant en cendre villes et citoyens innocents. C’est sur ce terreau fumant que va naître la haine du Dark Knight contre celui qu’il considère comme un véritable assassin. Un peu comme une frange de la population se retrouvant dans la mouise complète à cause d’un mec en collant bleu, à l’image de cet employé de la société de Bruce Wayne, devenu cul-de-jatte et taguant la statue de Superman comme une ultime rébellion. Car le vent tourne pour le Krypton man dont la côte de popularité baisse de façon insidieuse et Hollandaise, parce qu’il commence vraiment à se prendre un peu trop pour Dieu.

Il faut dire que Man of steel avait installé (c’est peu de l’écrire) Superman en revival christique moderne à coups de symboles capillotractés. Un Jésus multipliant les tatanes cosmiques et dont l’iconographie ne trompait personne. Comment se fait-il alors que l’homme de droite Snyder remette en cause cette symbolique religieuse totalement imprégnée dans la société américaine ? A bien y réfléchir, le problème est qu’au lieu de conserver son statut d’être aux supers pouvoirs et de fils sauveur, Superman se prend pour Dieu et qu’en plus il n’est pas humain (on le traite même d’étranger). En gros, le scénario renvoie dans ses buts une théorie, pas plus con qu’une autre, sur l’origine du divin du fait de l’arrivée d’extra-terrestres il y a fort longtemps. Faut pas déconner non plus au pays de l’oncle Donald Trump. Darwin et les ET peuvent se la carrer profond dans leur fondement. C’est pas un immigré de Krypton qui va balayer notre créationnisme en deux coups de rayon-laser ! On a compris Zack...

Batman vs Superman repose donc sur ces deux problématiques, motrices d’un film avant tout fait pour distraire (blockbuster oblige) et charger de relancer, ou de confirmer, deux mythes populaires ricains. A ma gauche, le gominé aux dents serrés avec un gros « S » sur son torse proéminent toujours interprété par un Henry Cavill sobre et efficace qui ne comprend pas pourquoi on lui en veut tant. A ma droite, le vigilante réac aux oreilles de Spock et aux muscles apparents, dont l’acteur a suscité une avalanche de remous de la part des geeks. Alors que Ben Affleck est juste parfait en redresseur de tors vieillissant et tourmenté au point de voler la vedette à son alter ego volant. A l’inverse, on pourra regretter le cabotinage intempestif d’un Jesse Eisenberg (Zombieland) insupportable en Luthor. Et on regardera la prestation de Gal Gadot (Fast and Furious) en Wonder Woman plus pour sa plastique agréable, et moins pulmonée que sa consœur Linda Carter, que pour son personnage de Walkyrie survitaminée, en cousine éloignée d’un Captain America.

A l’inverse des productions Marvel, l’humour est quasiment absent du film (ouf !) qui évolue au milieu d’une atmosphère plus sombre de fin du monde, au sein d’un scénario très ambitieux. Au-delà des thématiques déjà évoquées, force est de reconnaître que les scénaristes sont parvenus à gérer les deux personnages en les caractérisant suffisamment dans leur propre turpitude mais aussi lors d’interactions régulières avant la confrontation finale. Si l’histoire part un peu dans tous les sens, elle fourmille d’informations et de séquences d’actions (quelquefois illisibles) mettant en valeur chaque héros. A ce petit jeu, le script se perd parfois dans ses propres circonvolutions tel ce flashforward, certes réussi esthétiquement, mais tout à fait incompréhensible, ou dans les motivations réelles des personnages comme celles de Luthor, faire-valoir démago et source de problèmes.

Pourtant, ce dont il ressort énormément du film c’est l’antagonisme latent entre un Batman presque jaloux des pouvoirs extraordinaires de Superman, et ce dernier qui lui rejette la faute en le traitant de Charles Bronson du pauvre (C’est pas une réplique du film hein...). Un conflit symbolisé par l’opposition évoquée régulièrement entre deux villes à quelques encablures l’une de l’autre, Gotham et Metropolis, et rappelant quasiment la rivalité entre deux cités sur le plan sportif (!). Mais c’est surtout l’opposition de l’homme sans réels pouvoirs, obligé de se préparer comme un lutteur pour les jeux olympiques, avec pour objectif de s’attaquer à l’homme des étoiles toujours aussi viril mais correct. Même si par moments, la Kryptonite lui monte au nez et le bel éphèbe perd son calme légendaire et n’hésite pas à tuer.

Si le film tient globalement la route sans ennuyer, la fin s’avère moins réussie comme c’était déjà le cas dans Man of Steel. La dernière bobine convoque ainsi les deux lascars dans une baston courte mais sympathique où chacun sort son engin pour montrer qu’il a la plus grosse. Autre faux pas, le retournement de position trop rapide et ridicule de Batman envers Slipman sans aucune explication rationnelle. Aidée par Wonder Woman, le duo des frères ennemis se retournent alors contre le boss de fin de jeu, un monstre numérique raté et très laid, crée de toutes pièces pour casser du super-héros. Un dernier déluge d’effets spéciaux et d’explosions en guise de climax sans originalité et où les violons sont de sortie pour une conclusion un peu longuette.

Au final, Batman vs Superman : l’aube de la justice s’en sort avec les honneurs malgré des scories évidentes et un scénario boursouflé aux stéroïdes pour faire cohabiter deux géants du box-office. Si la fin du film se prend les pieds dans la cape rouge de Superman, le métrage sert surtout à introduire la prochaine franchise Justice League où ses futurs représentants, comme Flash ou Aquaman, apparaissent dans le film comme un prélude à une nouvelle invasion super-héroïque.

 

4 / 6

Écrire commentaire

Commentaires : 18
  • #1

    Rigs Mordo (jeudi, 07 avril 2016 20:26)

    Super chro, je n'ai pas encore vu le film donc je peux rien en dire mais je me doutais bien que c'était pas aussi mauvais qu'on le dit. Et puis Superslip contre "le charles bronson du pauvre", ça peut pas être vraiment naze! Superbe chro, une de tes meilleures!

  • #2

    Roggy (jeudi, 07 avril 2016 20:30)

    J'ai tellement lu de mauvaises critiques sur le film que je pensais que c'était du niveau des pires Marvel. En fait, c'est largement meilleur et le film, malgré des soucis clairs, se laisse regarder avec plaisir. Et merci pour le compliment :)

  • #3

    princécranoir (vendredi, 08 avril 2016 19:18)

    Une bonne critique bien dense pour un film qui s'éparpille un peu si je comprends bien (surtout sur la fin). Personnellement pas fan du "Man of steel" façon Snyder. Les thèmes sont intéressants, mais ma fibre naturelle se caresse plutôt dans le sens Marvel. J'irai donc plutôt voir si l'engin étoilé de Cap America est de taille à rivaliser avec son pendant rouge et or intégré à l'armure d'Iron Man. Les DC attendront sur le banc des remplaçants.

  • #4

    Roggy (vendredi, 08 avril 2016 19:52)

    Choisis ton camp l'ami :) Pour ma part, je ne pense pas aller voir le prochain Captain America. L'univers Marvel me semble arriver à son acmé et le monde DC Comics reprend peut-être un peu la main. En tout cas, ce Batman vs Superman n'est pas parfait mais possède de bons moments, à l'instar de "Man of steel" que je ne vénère pas non plus.

  • #5

    Alice In Oliver (samedi, 09 avril 2016 16:04)

    Certes, le film obtient un 4/6 dans ta notation, mais on sent quelques réserves. Tu as parfaitement saisi, je pense, l'inanité de cette production onéreuse, destinée à amorcer d'autres charges héroïques, à défauts d'être éloquentes

  • #6

    Roggy (samedi, 09 avril 2016 16:25)

    Le film est très acceptable et mérite, selon moi, un 4/6 même s'il y a de grosses imperfections. Personne n'est dupe de l'entreprise finale mais hormis cela, le métrage fonctionne dans son ensemble.

  • #7

    Mr Vladdy (dimanche, 10 avril 2016 00:04)

    Un peu déçu par ce film. Une première partie poussive et une seconde brouillonne visuellement. Reste que les films de super héros me botte donc j'ai quand même passé un bon moment :-)

  • #8

    Roggy (dimanche, 10 avril 2016 09:34)

    Batman vs Superman est loin du chef-d'œuvre mais il est assez divertissant sans être abrutissant. Ce qui n'est pas forcément la norme actuelle ;)

  • #9

    titi70 (dimanche, 10 avril 2016 11:55)

    Je ne l'ai jamais caché, je suis loin d'être un fan de Zack Snyder, dont le Watchmen vu en salle reste une de mes expériences ciné les plus mauvaises et ennuyeuse que j'ai vécu. Une des raisons pour lesquelles j'attendrais la sortie DVD de Batman Contre Superman, même si je crains un film prétentieux comme le réalisateur à l'habitude d'en faire.

  • #10

    Roggy (dimanche, 10 avril 2016 12:27)

    Je ne suis pas un fan absolu de Snyder non plus. Même si j'ai aimé "Watchmen", je n'ai pas du tout apprécié "Sucker Punch" par exemple. C'est un cinéma visuel qui peut confiner parfois à l'arrogance, c'est vrai.

  • #11

    Alice In Oliver (dimanche, 10 avril 2016 12:49)

    c'est ce qu'on lui demande mais je crains que le public se lasse au bout d'un moment

  • #12

    Roggy (dimanche, 10 avril 2016 18:18)

    On dit depuis un moment mais je vois que les résultats au box office restent élevés. Donc, tant que l'argent rentre, il n'y a pas de raison que cela s'arrête.

  • #13

    ChonchonAelezig (lundi, 11 avril 2016 11:07)

    Un très beau billet ! J'avoue que c'est un film qui m'aurait fait soupirer d'avance... Mais tu as vraiment éveillé mon intérêt !

  • #14

    Roggy (lundi, 11 avril 2016 14:12)

    Mais de rien ! et merci pour ton commentaire :)

  • #15

    Moskau (jeudi, 14 avril 2016 17:56)

    Watchmen reste pour moi le meilleur film de Snyder, et ce Batman v Superman en est loin. Peut-être aurait-il mieux valu faire Batman v Superman puis un Dawn of Justice League, car pour moi l'introduction des Flash, Aquaman et Cyborg est complètement râtée. Pour le reste, j'ai passé un excellent moment. Dans le fond, le revirement de Batman n'est pas stupide, mais ça reste mal amené.

  • #16

    Roggy (jeudi, 14 avril 2016 19:28)

    J'aime beaucoup aussi "Watchmen" qui reste effectivement supérieur à ce "Batman vs Superman". Si je suis d'accord sur la présentation des futurs héros de "Justice league", je confirme que le revirement de Batman est vraiment très très bizarre :)

  • #17

    2flicsamiami (vendredi, 15 avril 2016 18:27)

    Tu sembles plutôt satisfait par ce dernier Superman. Comme Prince, le précédent épisode ne m'avait pas du tout convaincu, et mon cœur reste acquis à la cause de (certaines) aventures produit par Marvel.

  • #18

    Roggy (vendredi, 15 avril 2016 18:30)

    Je ne prends pas partie entre DC Comics ou Marvel mais le film m'a en effet plutôt satisfait, hormis la fin. Concernant la Marvel, tout n'est pas à jeter mais c'est aussi intéressant qu'une autre firme apporte un point de vue différent à l'univers super-héroïque. Et un peu plus sombre il me semble :)