745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE GHOST BREAKERS

 

(Le mystère du château maudit)

 

GENRE : Ghostbusters

REALISATEUR : George Marshall

ANNEE : 1940

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Bob Hope, Paulette Goddard, Richard Carlson...

  

RESUME : Mary Carter, une jeune américaine hérite d'une château à Cuba, que l'on dit hanté. Aidée par un journaliste et un serviteur noir, elel parvient à élucider le mystère qui plane sur la demeure et à en démasquer l'instigateur.

 

MON HUMBLE AVIS :

Le film est divisé en deux parties assez distinctes. Le résumé ne reflète en fait qu’un petit tiers à la fin. Et cela est bien dommage. En effet, la 1ère heure s’apparente à un film policier avec gangsters patibulaires (mention au jeune Anthony Quinn) et poursuites rocambolesques. 

Finalement, ce début d’histoire n’a que peu d’importance au regard du titre du film. Hormis peut-être, d’affubler l’héroïne d’un journaliste qui participera bien involontairement à cette chasse au trésor, puisqu’il se retrouve sur le bateau qui se rend à Cuba, caché dans une valise pour fuir ceux qui le recherchent.

Au bout d’une heure donc, le trio (le journaliste est accompagné d’un serviteur noir, sidekick à la limite de l’’esclave, tout droit sorti d’un album de Tintin), accoste sur l’île où se situe le fameux château. A partir de là, le métrage perd de sa fantaisie initiale, devenant plus sombre, voire terrifiant. Le château est ainsi présenté au milieu d’une forêt luxuriante, qui n’est pas sans rappeler les décors du King Kong de 1933, où on rencontre une vieille dame et un « zombie-vaudou » ressemblant au personnage de "Tor Johnson" dans les films d’Ed Wood.

C’est certainement la partie la plus intéressante où l’élément fantastique est distillé avec parcimonie, contrebalancé par les jeux de mots un peu limites du journaliste qui ne croit pas aux fantômes et à la relation assez ambiguë avec son serviteur, sorte de faire-valoir qui est juste là pour en prendre plein le citron.  

La fin du film recolle les morceaux avec le début lorsqu’on découvre qui se cache derrière cette machination. On aurait néanmoins aimé que le film se concentre sur le château et ses fantômes au détriment d’une entame un peu longuette à suivre.

 

NOTE : 3 / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0