708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

GAMES OF WEREWOLVES

 

 

GENRE : Lupo espinguin

REALISATEUR : Juan Martinez Moreno

ANNEE : 2011

PAYS : Espagne

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Carlos Aceres, Secun de la Rosa...

 

RESUME : Au début du XXe siècle à Arga, un village de Galicie, une terrible malédiction a transformé le fils de la marquise de Mariño en loupgarou. Cent ans plus tard jour pour jour, Tomás, dernier descendant de la famille, revient dans son village d’origine pour une cérémonie en son honneur...

 

MON HUMBLE AVIS

Comme l'a précisé le réalisateur à la présentation de son film, l'Espagne est en crise et il est difficile de financer des projets culturels actuellement.

Et cela se voit à l'écran où on sent bien que tout le budget est parti dans la réalisation des effets spéciaux, en l'occurrence des loups-garous.

Car en effet, l'histoire est celle d'un jeune homme qui retourne dans son village natal où les habitants ont décidé de le sacrifier pour se libérer d'une malédiction lycanthropique ancestrale.

Le métrage est traité sur le mode de l'humour et en hommage aux films de années 80 comme le Loup-garou de Londres qui est la référence la plus visible à l'écran.

Ce postulat de départ est donc le prétexte à des gags plutôt réussis (notamment la scène du doigt coupé) et par instant, on se croirait dans une version ibérique de Shaun of the dead. Mais, contrairement à son illustre prédécesseur, le film a du mal à tenir le rythme et s'essouffle par moments. De même, les loups-garous (par ailleurs magnifiques) sont un peu apathiques et on ne comprend pas vraiment comment les protagonistes s'en sortent si facilement.

Au final, c'est un film plutôt réussi même si ce n'est la poilade qu'on nous prédisait.

  

NOTE : 4- / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0