708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

LA GUERRE DES CERVEAUX

(THE POWER)


GENRE : Brainstorm

REALISATEUR : Byron Haskin

ANNEE : 1968

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : George Hamilton, Suzanne Pleshette, Michael Rennie...


RESUME : Un homme réalise qu'il a le pouvoir de bouger les choses par la seule force de son cerveau, et aussi de dominer les hommes. Malheureusement, un autre homme a ce pouvoir et veut le tuer.


MON HUMBLE AVIS

Byron Haskin est bien connu des fantasticophiles avec des œuvres telles que Quand la Marambuta gronde, mais surtout pour ses penchants concernant la science-fiction (La conquête de l’espace, De la Terre à la Lune, Robinson Crusoë sur Mars). Pour son dernier film, dans lequel on retrouve George Pal à la production (on leur doit aussi le formidable La guerre des mondes), Byron Haskin s’attaque aux pouvoirs de l’esprit et de la télékinésie.

La guerre des cerveaux est à la fois un film d’anticipation fantastique et une enquête policière pour découvrir l’identité du tueur qui décime l’un après l’autre les membres du groupe de scientifiques à l’origine de recherches sur les pouvoirs de l’esprit. Le début du film est à ce titre assez réussi, puisqu’on se retrouve dans une ambiance de centres de recherches scientifiques à l’image du Voyage fantastique. Une atmosphère très sixties qui sied bien à ces films au charme suranné d’une SF encore naïve et innovatrice. De la même manière, la scène de télékinésie prouvant qu’un personnage autour de la table est supérieurement doué, est vu comme une séance de spiritisme faisant définitivement basculer le film vers le fantastique.

Progressivement, le métrage se transforme en thriller. Jim Tanner décide de partir à la recherche du mystérieux Adam Hart, personnage clé et énigmatique semblant manipuler son entourage. En chemin, il se sentira observé, attaqué par une force indicible lui donnant des hallucinations, notamment dans une fête foraine. Toute la partie manipulation mentale, troubles visuels et hallucinations de l’esprit est très intéressante parce qu’elle joue sur les sens, et on pense à des films comme Scanners de Cronenberg ou Furie de De Palma. En revanche, toute la partie policière au milieu du film est un peu en dessous en comparaison avec le sujet initial, et se perd en intensité lors de scènes de dialogues qui cassent un peu le rythme du film.

Côté casting, on retrouve le jeune premier au brushing pimpant George Hamilton (Le vampire de ces dames) dans le rôle de Jim Tanner associé à sa plus que collègue Margery Lansing, Suzanne Pleshette (Les oiseaux). On remarquera aussi la présence d’Yvonne de Carlo (Les dix commandements) mais surtout de Michael Rennie, le célèbre Klaatu de Le jour où la Terra s’arrêta, qui apporte ici sa carrure longiligne.

Au final, La guerre des cerveaux est un film agréable à suivre, auquel il manque un souffle totalement fantastique pour lui accorder le rang de culte, en développant encore plus tout le pan de la science-fiction comme dans La grande menace de Jack Gold. Néanmoins, ce film peu connu est hautement recommandable et mérite d’être vu comme un exemple d’une SF intelligente et réflexive.


NOTE : 4 /6


Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Rigs Mordo (mardi, 03 mars 2015 19:56)

    Chronique aussi bonne qu'intéressante sur un film que je ne connais pas, La Séance à Roggy continue donc de me faire dormir moins con et c'est toujours bon à prendre!

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 03 mars 2015)

    Merci pour ton commentaire Rigs ! et j'espère que tu auras l'opportunité de te délecter de ce petit film d'anticipation.

  • #3

    Princécranoir (samedi, 07 mars 2015 12:23)

    Je découvre moi-aussi ce film qui, au fil de la lecture, me fait furieusement envie. Je pensais justement à "Scanners" jusqu'à ce que tu le cites congrûment dans ton analyse. Yvonne de Carlo, Michael Rennie, des noms qui renvoient à un âge d'or du cinéma qui fait encore rêver (enfin, surtout moi peut-être). Existe-t-il en DVD ? auquel cas il ne peut souffrir de se soustraire à mes yeux plus longtemps.

  • #4

    laseancearoggy (samedi, 07 mars 2015 12:43)

    Si mon petit site peut servir à faire découvrir de petites perles, le but est atteint :) Sinon, je ne sais pas si le film existe en DVD. Pour ma part, je suis tombé dessus par hasard un soir sur la chaîne Polar je crois. J'espère que tu auras la chance de le voir !