745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

GOD BLESS AMERICA

 

GENRE : Ménage utile

REALISATEUR : Bobcat Goldthwait

ANNEE : 2012

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Joel Murray, Tara Lynne Barr, Melinda Page Hamilton...

 

RESUME : Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin. Bientôt rejoint par Roxy, lycéenne révoltée et complice des plus improbables, c’est le début d’une équipée sauvage, sanglante et grandguignolesque sur les routes de la bêtise made in USA.

 

MON HUMBLE AVIS

Ce film est un gros délire puisqu'il raconte l'histoire d'un quinqua qui, nesupportant plus la société qui l'entoure et notamment les êtres humains, décide de liquider toutes les personnes qui ne lui plaisent pas.

Aidé par une lycéenne, il va s'attaquer à tous les symboles des USA qui nivellent par le bas la société américaine (télé-réalité, infos de Fox News...). Le point fort du film est son humour et son acidité revendiqués. La 1ère scène en est représentative. Le futur tueur rêve qu'il explose au fusil à pompe un nourrisson trop bruyant. Le ton est donné.

Film indépendant, charge frontale contre tout qui avilie et détruit la culture, mais aussi contre l'entretien de la peur aux USA contre les étrangers, les homosexuels grâce aux chaînes d'infos en continu. Le réalisateur donne aussi un coup de pied dans la fourmilière de la télé-réalité faite d'humiliation et de régression de l'humanité.

Dans un même esprit qu'un Michael Moore, le film est à charge contre les religions, les républicains et la culture de l'argent. Pas toujours subtil (pas vraiment de contre point de vue), le métrage est néanmoins réussi et à mourir de rire car il assume toutes ses déviances (un peu à la John Waters). Les dialogues sont ainsi excellents et permettent de dézinguer verbalement tout ce qui semble bien-pensants ou inattaquables (par exemple la dénonciation de la pédophilie en parlant de Woody Allen, très drôle).

Au final, c'est un grand coup de tatane avec un AK47 dans la face de l'Amérique. On comprend aussi pourquoi le film aura du mal à être vu aux USA si on le met en résonance avec les événements tragiques récents...

 

Note : 4 /6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0