749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

 

ENEMY

 

 

GENRE : Enemy Mine

REALISATEUR : Denis Villeneuve

ANNEE : 2013

PAYS : Canada/Espagne

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Jake Gyllenhaal, Mélanie Laurent, Sarah Gadon...

 

 

RESUME : Adam, un professeur discret, mène une vie paisible avec sa fiancée Mary. Un jour qu'il découvre son sosie parfait en la personne d’Anthony, un acteur fantasque, il ressent un trouble profond. Il commence alors à observer à distance la vie de cet homme et de sa mystérieuse femme enceinte. Puis Adam se met à imaginer les plus stupéfiants scénarios... pour lui et pour son propre couple.

 

A mon avis, si on doit voir le film, il vaut mieux ne pas lire cette chronique et le visionner sans ne rien connaître.

 

MON HUMBLE AVIS

Le réalisateur canadien francophone Denis Villeneuve s’est imposé en très peu de films comme un auteur qui compte dans le paysage du cinéma américain. Remarqué avec le thriller Prisoners, il nous étonne encore une fois avec ce Enemy aux antipodes de tout ce qui sort sur nos écrans.

Il faut prendre Enemy comme une expérience et se laisser guider par le réalisateur même s’il ne donnera pas beaucoup de clés pour ouvrir tous les secrets disséminés tout au long de son film. La 1ère scène est ainsi très énigmatique avec ce groupe de convives qui semblent attendre un spectacle rare et interdit. On se croirait dans le Eyes Wide Shut de Kubrick. Pourtant, dès la séquence suivante, nous nous retrouvons avec Adam (Jake Gyllenhaal) en professeur d’université qui partage sa vie entre les cours et son appartement où l’attend son amie accorte (Mélanie Laurent). Sa vie est morne et répétitive à tel point qu’on a l’impression qu’il rejoue Un jour sans fin.

Porté par une musique discrète mais toujours présente, Enemy baigne dans une ambiance étrange où on a le sentiment que l’irréel peut surgir à tout moment au coin d’un immeuble ou d’une rue. Tourné à Toronto, Denis Villeneuve filme une ville sans beauté, où trônent les immeubles et les zones industrielles. A l’image d’Adam la ville semble d’un autre temps, à la frontière du rétro et du futur. Le réalisateur instaure donc un climat à la fois énigmatique et pesant qui renvoie fortement aux films de Polanski comme Le Locataire. Cette sensation se confirme au moment où Adam voit apparaître son double, acteur dans un film. C’est le début d’une quête d’identité qui semble le conduire vers la folie, aux confins de la schizophrénie. En même temps, on imagine que se voir en chair et en os, comme dans un miroir est forcément plus que bizarre.

La force du film, qui pourra en laisser certains sur le bord du chemin, est qu’il est assez avare en explications. D’où sort ce double qui possède la même voix, la même cicatrice ? Est-ce une projection de son esprit ? La progression du récit est assez lente mais entretient encore plus les doutes sur les possibilités de résolution de cette histoire. Jake Gyllenhaal (Donnie Darko) est remarquable dans ce double rôle, à la fois professeur inhibé et peureux et acteur de troisième zone extraverti et pilotant une moto. Le travail sur son visage, son corps et son regard permettent de passer de l’un à l’autre avec subtilité sans utiliser le langage.

Si le film patine un peu en son milieu du fait d’un script qui ressemble plus à un moyen métrage digne de la série La quatrième dimension, Enemy est somme toute passionnant car il nous interroge sur notre propre identité, mais aussi parce qu’il entretient une atmosphère d’angoisse (on n’est pas très loin de Kafka) et ne répond jamais à nos questions. Le film ouvre ainsi des portes qu’il ne refermera qu’au tout dernier plan, magnifique. Une ultime vision belle, sombre et ambiguë qui fait écho à la séquence d’ouverture. Un film qui résonne encore dans la mémoire bien après sa vision. Et, c’est bien là l’essentiel.

 

NOTE : 5-/ 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 11
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 06 août 2014 13:48)

    Bon je ne la lis pas et je reviendrai ici dans quelques mois, après la sortie DVD :)

  • #2

    laseancearoggy (mercredi, 06 août 2014 18:56)

    Dommage pour ma critique mais tant mieux pour toi :)

  • #3

    Rigs Mordo (mercredi, 06 août 2014 21:21)

    Oh mais je reviendrai la lire après !

  • #4

    Mr Vladdy (vendredi, 08 août 2014 00:16)

    Je reviendrai plus tard aussi pour lire car je n'ai pas encore vu le film. De ce réalisateur, je n'ai vu que Prisoners mais celui ci me tente beaucoup :)

  • #5

    laseancearoggy (vendredi, 08 août 2014 18:39)

    Finalement, personne ne lira ma critique... :)

  • #6

    jomamaal (samedi, 30 août 2014 09:42)

    ...si moi ! bon vu le film et lu la critique; résultat grande déception (pour le film) surtout après Prisoners qui était ma référence pour ce réalisateur. Je fais partie de ceux qui sont restés sur le bord du chemin par manque d'explications...

  • #7

    laseancearoggy (samedi, 30 août 2014 09:51)

    C'est bien dommage que tu n'es pas adhéré au film. Je peux comprendre surtout en comparaison de "Prisoners". Il y a un côté David Lynch et Quatrième dimension qui m'ont bien plu :)

  • #8

    potzina (samedi, 30 août 2014 19:53)

    J'ai attendu de voir le film pour lire ta critique (désolée mais je préférais ne rien savoir) et j'ai beaucoup aimé (ta critique et le film !).
    J'en suis ressortie troublée et la tête pleine d'interprétations différentes. Personnellement, je n'ai pas vu le temps passer et je compte bien retourner le voir si j'en ai l'occasion.

  • #9

    laseancearoggy (samedi, 30 août 2014 21:11)

    Je suis heureux que le film (et ma critique t'aient plu). Moi aussi, j'ai eu pleins d'interrogations à la fin. Mais, n'est-ce pas cela l'essence même du cinéma ? Pouvoir en parler après et avoir des explications différentes.

  • #10

    Moskau (dimanche, 05 avril 2015 14:54)

    C'est typiquement le genre de long-métrage qui divise. Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié l'ambiance. Le film reste en tête et demande à ce qu'on le voit de nouveau !

  • #11

    laseancearoggy (dimanche, 05 avril 2015 18:46)

    Complètement d'accord avec toi. Le film fait réfléchir et son ambiance est mystérieuse à souhait. Je le conseille aussi pour son originalité.