658 chroniques de films

  26 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Smoking on a T-Rex
Smoking on a T-Rex
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

L’ENFANT DU DIABLE (THE CHANGELING)

 

GENRE : Satan junior

REALISATEUR : Peter Medak

ANNEE : 1980

PAYS : Canada

BUDGET : 7 600 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Georges C. Scott, Trish Van Devere, Melvyn Douglas...

 

RESUME : John Russel, pianiste, compositeur et professeur dont la femme et la petite fille viennent de mourir dans un accident, s'installe dans une maison isolée ou quelqu'un ou quelque chose cherche à entrer en contact avec lui.

 

MON HUMBLE AVIS

Encore une fois, les traductions françaises d’œuvres étrangères n’ont aucun sens. Le plus bel exemple est cet enfant du diable qui doit sûrement son nom au succès de la vague des films d’enfants maléfiques des années 70 comme la trilogie de la malédiction ou même de l’exorciste.

En fait, le titre est plus explicite. Dans le folklore européen, un changeling est un anglicisme pour évoquer l’enlèvement et le remplacement d’un enfant par des créatures mythologiques comme des fées ou des trolls. Rien à voir donc avec un supposé suppôt de Satan (d’ailleurs, il doit faire mal celui-là...).

Certes, la traduction évite de spolier le film (trop tard pour ceux qui auront lu jusque- là, mais au moins ils auront appris quelque chose) et d’envoyer le spectateur vers les terres connues de possessions démoniaques. Le film commence par l’arrivée d’un homme (le massif Geoges C. Scott) dans une grande demeure après qu’il a perdu sa famille dans un accident de voiture. Très vite (enfin, façon de parler) il entend des bruits, des sons et des phénomènes très bizarres, notamment dans une chambre qui semble avoir été celle d’un enfant.

Le problème du film de Peter Medak est qu’il est très long à démarrer. Il faut attendre la moitié du film pour que l’occupant de la maison commence réellement à se poser des questions et découvre que la maison est hantée par un petit garçon qui ne semble pas avoir disparu tout seul. Aidé par une médium, il organise une séance de spiritisme qui confirme qu’il n’est pas seul et qu’il n’y a donc qu’un fauteuil pour deux comme aurait dit Eddy Murphy. S’ensuit toute une enquête pour retrouver le corps du disparu, en mettant au grand jour la substitution de l’enfant des années auparavant.

La deuxième moitié du film correspond à un véritable film d’épouvante avec phénomènes paranormaux plus prégnants, objets qui bougent tout seuls (une très belle course-poursuite entre l’agent immobilier et un fauteuil roulant vide) jusqu’à un climax très grandiloquent où l’esprit du petit garçon se développe de plus en plus, entraînant vers la folie et la mort certains protagonistes.

Moi, j’aurai bien changeler l’auteur de la traduction...

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    alice in oliver (samedi, 26 avril 2014 07:57)

    Il m'avait bien plu à l'époque mais ça fait au moins 10 ans que je ne l'ai pas revu. Le film a peut être souffert du poids des années

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 26 avril 2014 09:07)

    Pas vu à l'origine mais il me semble que le film souffre de son rythme surtout dans sa première partie.

  • #3

    Rigs Mordo (lundi, 13 octobre 2014 21:05)

    J'ai mieux aimé que toi, visiblement! Je ne trouve pas que ce soit trop lent à démarrer dans le sens où le gosse fait vite sentir sa présence, mais par contre c'est très classique. Robinet qui fuit, porte qui claque, fenêtre qui se brise, chasse d'eau qui ne marche plus (ah non pas ça),... Je trouve le film réussi malgré tout, principalement grâce à l'acteur principal, formidable dans ce rôle de mec déprimé mais qui garde tout de même son humour. Il est naturel et ça fonctionne du tonnerre, il porte le film sur ses épaules selon moi!

  • #4

    laseancearoggy (lundi, 13 octobre 2014 21:12)

    Comme tu le dis, le film possède une construction assez lente auquel j'ai eu du mal à adhérer, même si je lui reconnais quelques qualités au final. Et, Georges C. Scott est très bon dans le rôle.