749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE END (FIN)

 

GENRE : Seuls au monde

REALISATEUR : Jorge Torregrossa

ANNEE : 2012

PAYS : Espagne

BUDGET : 5 000 000 €

ACTEURS PRINCIPAUX : Maribel Verdu, Daniel Grao, Clara Lago...

 

RESUME : Un groupe d’amis de longue date se retrouve le temps d’un week-end dans un chalet en montagne. Des années se sont écoulées depuis leurs dernières retrouvailles, et pourtant, rien ne semble avoir changé entre eux. Un sombre épisode du passé se cache néanmoins derrière les rires et les anecdotes. Témoins d’un étrange incident, ils se retrouvent soudainement abandonnés à leur sort, sans moyen de communication vers le monde extérieur. Parti chercher de l’aide, le groupe devient de plus en plus restreint, tandis qu’autour de lui, toute vie humaine semble avoir disparu.

 

MON HUMBLE AVIS

Cela devient une redondance mais le cinéma espagnol, avec des moyens limités, parvient à créer et faire vivre une histoire fantastique réaliste et à tenir en haleine le spectateur.

La présentation des personnages est peut-être un peu longue dans cette maison isolée en pleine campagne mais elle permet d'instaurer une réelle empathie pour les personnages, même s'ils sont tous très beaux à la limite du mannequinat pour certains. Ces "beautiful people" sont néanmoins crédibles dans leurs attitudes et les secrets qui relient tous, pris dans l'étau d'un monde qui s'effondre petit à petit.

Doté d'une très belle photographie et de paysages magnifiques des montagnes espagnoles, The End maintient l'intérêt de cette histoire de fin du monde en distillant les informations au compte-gouttes. Le spectateur se retrouve ainsi au même niveau que les personnages et constate avec eux que plus rien d'électrique ne fonctionne y compris les voitures. Nous n'en saurons pas beaucoup plus tandis que les événements étranges se succèdent.

Ce sont d'abord les animaux, plus sensibles à la situation, qui ont des comportements de fuite et d'effroi. Ce qui conduit à la plus belle scène du film lorsque les héros sont poursuivis par une horde de bergers allemands affamés. Si rien ne semble fonctionner, la plus grande menace semble être la disparition des êtres humains, comme s'ils s'étaient évaporés ou avaient été retirés de la surface du globe. Pire, les phénomènes se produisent aussi avec le groupe que nous suivons. Sans autre explication, ils disparaissent un peu comme dans L'empire des ombres de Brad Anderson.

Jamais ennuyeux, The End suit une scénario certes linéaire mais dont les rares effets visuels apportent un caractère anxiogène au climat ambiant et à la campagne désertée. Les rues vides, les maisons abandonnées et l'absence de toute vie humaine poussent les survivants vers les rives de la folie, d'autant plus qu'ils découvrent un cahier rempli de dessins annonçant tous les événements à venir, à l'instar du pouvoir divinatoire d'un des personnages de la série Heroes. Ce côté  "malédiction" renforce encore le mystère qui plane sur le film jusqu'à un final élégiaque très beau et tragique à la fois.

 

NOTE : 4+ / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 23 juillet 2014 20:09)

    Je ne connaissais pas du tout, cela semble sympathique en tout cas ! Ravi de te retrouver en forme, super chronique =)

  • #2

    laseancearoggy (mercredi, 23 juillet 2014 20:12)

    Merci Rigs. Les vacances m'ont fait du bien :). Je te conseille ce film en tout cas.

  • #3

    Mr Vladdy (jeudi, 24 juillet 2014 15:43)

    Je connaissais pas non plus mais je me laisserais bien tenté. Pourquoi pas un de ses quatre ;-)

  • #4

    laseancearoggy (jeudi, 24 juillet 2014 19:20)

    Comme pour Rigs, jette-toi sur ce petit film espagnol et tu me diras ce que tu en penses.