745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

PET

 

GENRE :

REALISATEUR : Carles Torrens

ANNEE : 2016

PAYS : Etats-Unis/Espagne

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Knesia Solo, Dominic Monaghan, Jennette McCurdy...

 

Pitch : Seth, trentenaire maladroit et inquiétant, tente de séduire Holly, une serveuse, mais échoue lamentablement. De plus en plus obsédé par la jeune fille, Seth kidnappe Holly et l’enferme dans une cage au refuge animalier où il travaille.

 

Carles Torrens a réalisé quelques films qui sont passé inaperçus mais s'est fait surtout connaître avec Emergo, métrage d'épouvante mexicain qui avait émergé en 2011. Il revient avec Pet, film avec un casting américain et un budget plus conséquent, embrassant plusieurs genres dont celui de l'enfermement et du désir refoulé, recouvert par un tapis de séquences chocs et sanglantes.

Le film débute en suivant le personnage de Seth (Dominic Monaghan, Le Seigneur des anneaux, la série Lost) vivotant grâce à son travail dans un chenil dans lequel il entretient des relations particulièrement tendres avec ses pensionnaires. Son destin bascule pourtant lorsqu'il rencontre la très belle Holly (Ksenia Solo, Black Swan, la série Orphan Black) dont il s'éprend et va commencer à harceler en essayant de lui plaire. Pas facile pour ce solitaire maladroit ressemblant plus à un psychopathe qu'à un séducteur.

Très vite, on comprend les projets de Seth qui, faut de pouvoir séduire Holly, va la séquestrer dans une cage dans les sous-sols du chenil, pour s'en occuper comme les chiens au-dessus. Si le film reste classique dans sa conception et sur la thématique de la femme prisonnière d'un fou amoureux d'elle, l'originalité et de fait la force de Pet est de proposer un retournement de situation et un twist en plein milieu du film pour expliquer les choix de l'agresseur. Une presque justification de l'enfermement comme si les rôles étaient renversés pour un jeu du chat et de la souris très réussi.

En plus de cette idée intéressante sur le désir et la possession, Pet se pare d'un visuel très violent et n'hésite pas à montrer un ongle qui se casse, un membre coupé ou une tête écrasée avec un humour noir assez jouissif. Si la mise en scène est sobre et efficace, il faut signaler la qualité de l'interprétation des deux acteurs principaux même des seconds rôles à l'instar du très drôle gardien de nuit du chenil. Le réalisateur ne nous épargne donc rien mais cela reste au service l'histoire dans ce film étonnant dans la tournure qu'il prend.

Au final, Pet est une bonne surprise du fait de son originalité, de ses acteurs (Dominic Monaghan arrive à être à la fois menaçant et comique) et ce, malgré des facilités de scénario qu'on voit venir assez rapidement. Néanmoins, le film s'avère divertissant et parvient à renouveler le genre en développant le background des personnages, et en particulier celui d'Holly (qui porte bien son nom), et progressant régulièrement dans son histoire pour un dénouement qui pourra interroger sur la nature même de sa véracité.

 

4,5/6

Commentaires: 0