708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

LA PIEL QUE HABITO

 

GENRE : Peau d'âme

REALISATEUR : Pedro Almodovar

ANNEE : 2011

PAYS : Espagne

BUDGET : 13 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Antonio Banderas, Elena Anaya, Marisa Paredes...

 

RESUME : Depuis que sa femme a été victime de brûlures dans un accident de voiture, le docteur Robert Ledgard, éminent chirurgien esthétique, se consacre à la création d’une nouvelle peau. Douze ans après le drame, il réussit dans son laboratoire privé à cultiver cette peau qu'il applique sur une femme enfermée chez lui.

 

MON HUMBLE AVIS :

Pedro Almodovar réalise un film à la fois pervers et baroque. Le début rappelle Les yeux sans visage de Georges Franju mais aussi les films de la Hammer avec le côté "Savant fou". Antonio Banderas est crédible en chirurgien. Sa performance est à mettre en regard de celle de Elena Anaya, toute aussi parfaite.

Le choix du retour en arrière est un peu déroutant et ralentit la narration. Ainsi, au milieu du film, l’intérêt retombe un peu au profit d'explications tirant en longueur. La dernière partie met en place le puzzle et accélère la mise en abîme des personnages.

Almodovar met alors en lumière son scénario sulfureux. C'est peut-être dans cette dernière partie que l'on retrouve le mieux la patte du réalisateur, où les relations sont exacerbées, sexuées et dramatiques.

Au final, La piel que habito est réussi grâce notamment à ses comédiens. A la lisière de plusieurs genres, il permet de mettre en avant toutes les perversions de son auteur.

  

NOTE : 4 / 6 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    tinalakiller (samedi, 05 avril 2014 11:36)

    Il y a des choses intéressantes (c'est bien mis en scène, un bon sujet, une excellente musique) mais j'ai trouvé ce film un peu inabouti, avec quelques moments de flottement.

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 05 avril 2014 15:34)

    Un film original pour moi dans le cinéma d'Almodovar.