708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

PROWL

 

GENRE : Vampires à dentier

REALISATEUR : Patrick Syversen

ANNEE : 2010

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Bruce Payne, Ruta Gedmindas, Joshua Bowman...

 

RESUME : Amber, lassée d'errer dans un trou paumé, convainc ses amis de l'accompagner à la recherche d'un nouvel appartement en ville. Lorsque leur voiture tombe en panne, Amber et ses amis acceptent l'aide d'un routier.

 

MON HUMBLE AVIS

Le film commence comme un horror-movie classique avec une bande de jeunes qui se retrouvent embringués dans une mauvaise situation, en l’occurrence enfermés à l’arrière d’un semi-remorque. Une fois arrêtée, la porte s’ouvre sur un entrepôt envahi de vampires affamés. En fait, ils sont là pour s’entraîner à chasser les humains comme des animaux sauvages domestiqués qu’on remettrait en liberté. Du coup, le film devient un huis-clos où il ne se passe pas grand-chose hormis les jeunes qui se font saigner les uns après les autres.

Le problème principal du film est qu’il manque d’enjeux et qu’en plus, il est tourné avec les pieds surtout lors des courses poursuites. Quelques plans gores viennent rappeler la nature du projet mais ne viennent pas relever un ensemble tout juste moyen qui a du mal à déployer son pitch de départ. Ainsi, le film s’étire assez difficilement (on ne comprend pas bien comment certains personnages s’échappent) jusqu’à un rebondissement au sujet d’une des héroïnes. La dernière scène est à l’image du film, pas très réussie et comme dirait ma mère, "ça finit en queue de boudin"...

 

NOTE : 2 / 6 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Rigs Mordo (mardi, 04 août 2015 10:35)

    Tiens ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu causer de Bruce Payne, je me demandais s'il était toujours en activité.

  • #2

    Roggy (mardi, 04 août 2015 11:54)

    En même temps, pour se retrouver dans un film de cet acabit, il vaut mieux rester en villégiature au camping de Borne-les-mimosas (ou ailleurs).

  • #3

    Alice In Oliver (mardi, 11 août 2015 20:44)

    Une chronique laconique mais de qualité nonobstant. Ceci dit, pas besoin de longues homélies pour décrire un film sans grand intérêt visiblement...

  • #4

    Roggy (mardi, 11 août 2015 21:32)

    C'est vrai que je n'ai pas forcé mais, comme tu l'écris, le film ne méritait pas bien plus. Pour me dédouaner, c'était une de mes premières chroniques il me semble :)