708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

PIRANHA 3DD

 

GENRE : Grosse artillerie

REALISATEUR : John Gulager

ANNEE : 2011

PAYS : USA

BUDGET : 5 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Danielle Panabaker, Ving Rhames, David Hasselhoff...

 

RESUME : L'attaque de Lake Victoria a beau être terminée, les piranhas pré-historiques ont survécu dans les canalisations de la ville. Ils trouvent désormais le chemin des piscines et d'un nouveau parc aquatique qui vient d'être inauguré...

 

MON HUMBLE AVIS :

L’acronyme 3DD vaut autant pour le mode de visionnage avec lunettes que pour la taille des soutiens-gorges des actrices (pas toutes visiblement) qui parsèment le film de leurs attributs surdimensionnés.

Piranha 3DD est la suite de Piranha 3D du français Alexandre Aja, déjà un remake du Piranha de Joe Dante en 1978. Pour cette suite, la devise est donc toujours plus. Mais c’est surtout plus de crétinerie qui surnage dans cet océan de lolos et de poissons pourris. Reprenant l’argument des Dents de la mer 3, le film reprend surtout la trame du métrage précédent. Là où le remake d’Aja apportait un renouveau et une fraîcheur à l’ensemble, cette séquelle (opportuniste ?) ne cherche pas à briller par son originalité mais à mettre en avant les poitrines généreuses des donzelles peu farouches qui traversent le film (c’est vrai qu’elles courent beaucoup...) entre deux attaques de piranhas numériques.

On retrouve donc à peu près les mêmes péripéties, à la fois scatologiques et sexuelles comme dans une bonne comédie ado américaine bas du front. Le climax se veut un moment de terreur, mais il est surtout risible de médiocrité avec l’attaque des piranhas.

Seul bon point du film, l’apparition parodique de David Hasselhoff dans son propre rôle, et en sauveteur d’Alerte à Malibu. Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer, tant sa propre caricature, alcoolique, acariâtre est un dézingage au bazooka de son image, avec des répliques très drôle sur sa carrière.

Pour le reste, c’est très moche et c’est très con.

 

NOTE : 2 / 6 

Écrire commentaire

Commentaires: 0