749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

LA FEMME AUX BOTTES ROUGES

 

GENRE : Le soulier rouge

REALISATEUR : Juan Luis Bunuel

ANNEE : 1974

PAYS : Mexique/USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Catherine Deneuve, Fernando Rey, Jacques Weber...

 

RESUME : Un richissime collectionneur d'oeuvres d'art noue une étrange relation avec une jeune femme dotée de pouvoirs surnaturels.

 

MON HUMBLE AVIS

Juan Luis Bunuel n’est autre que le fils du grand Luis Bunuel (Un chien andalou, le charme discret de la bourgeoisie). Il a travaillé avec son père et cette influence se ressent dans ce film étrange et surréaliste.

Pour renforcer la filiation, Juan Luis Bunuel fait appel à deux acteurs fétiches de papa. Catherine Deneuve et Fernando Rey, déjà ensemble à l’affiche de Tristana. Porté par une Deneuve (Françoise) au charme aérien et vénéneux, la femme aux bottes rouges navigue entre onirisme (Fernando Rey fait des malaises devant les tableaux) et irréalisme (Françoise a des visions et semble posséder des pouvoirs qui s’apparenteraient à de la sorcellerie).

Si le film est intriguant dès le départ, il pâtit d’un manque de rythme dans l’enchaînement des scènes et on ne sait pas très bien où veut en venir le réalisateur. Par instants, la réalisation est originale (les plans serrés) mais à d’autres, le surréalisme de l’œuvre perd un peu le spectateur qui n’aurait pas adhéré complètement à la démarche (c’est un peu mon cas).

Œuvre à la poésie macabre, proche de l’univers d’un Raoul Ruiz, la femme aux bottes rouges a du mal à convaincre au contraire des films de l’illustre Luis Bunuel, malgré un final à la fois sombre et romantique.

 

NOTE : 3-/ 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0