749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

FRANKENSTEIN'S ARMY

 

GENRE : L'Armée des ténèbres

REALISATEUR : Richard Raaphorst

ANNEE : 2013

PAYS : Pays-Bas

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Karel Roden, Joshua Sasse...

 

RESUME : A la fin de la Seconde Guerre mondiale, des soldats russes découvrent avec horreur l'ultime plan d'Hitler afin d'échapper à la défaite : une armée de surhommes, recomposés à partir des membres de soldats tombés au front, suivant les expériences du docteur Viktor Frankenstein.

 

MON HUMBLE AVIS

Pendant la 2nde guerre mondiale, une escouade russe à la poursuite de soldats allemands tombe sur des créatures issues des manipulations du Dr Frankenstein. Pitch de série B, ce film est la rencontre de la naziexploitation et du found footage, puisque l'action est vue par un militaire russe chargé de filmer.

La 1ère partie du métrage montre ainsi les vagabondages de ces soldats dans la campagne au gré de leurs escarmouches ou de leurs exactions envers les populations locales. Dans un deuxième temps, ils vont pénétrer dans l'antre du Docteur, une usine désaffectée, lieu improbable rempli de créatures monstrueuses manipulées comme des marionnettes.

C'est sûrement là la grande réussite du film, ses monstres. Fruit de l'imagination de Frankenstein à la solde des Nazis et de l'esprit d'un Docteur Mengele, le ballet de monstres mi-homme, mi-robot qui rappellent en cela la série des Tetsuo avec des créatures à la fois organiques et métalliques, reliés par des tuyaux emplis de liquide et alimentés par électricité. De la même manière, il y a un côté "cénobites" que ne renierait pas (?) Clive Barker. Une vraie foire aux monstres que l'on découvre encore mieux sur la fin lors de la visite du laboratoire du Docteur.

Certes, tout n'est pas parfait. Le film n'exploite pas assez son potentiel et le rythme se délite au milieu du métrage quand les soldats investissent les couloirs de l'usine. De même, la caméra portée à l'épaule peut donner la nausée et, comme souvent, on se demande bien pourquoi le cameraman continue à filmer alors qu 'il est attaqué...

La fin du film tourne au gore avec séance de chirurgie sur des patients encore vivants. Le Docteur utilisant la caméra comme dans une télé-réalité (petit anachronisme ou alros il est en avance sur son temps). Mention spéciale à tous ce bestiaire des plus original. Finalement pas si Z que ça.

 

Note : 4-/6

Écrire commentaire

Commentaires: 0