708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

JOHN DIES AT THE END

 

GENRE : Soja sauce

REALISATEUR : Don Coscarelli

ANNEE : 2012

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Rob Mayes, Paul Giamatti...

 

RESUME : John et Dave, deux jeunes losers attachants, vont tester le pouvoir d’une drogue surpuissante, la "Soy Sauce", et découvrir une réalité alternative peuplée de démons... ,

 

MON HUMBLE AVIS :

Dernier film de Don Coscarelli, un réalisateur qui m'est cher (voir sa fiche dans "Mes réalisateurs préférés").

C'est une œuvre complètement délirante, à la limite du loufoque et du non-sensique. A ce titre, le début est assez déroutant et on comprend le scénario au fur et à mesure du métrage. Don Coscarelli nous perd volontairement dès le départ (on ne pipe pas grand chose !) entre imaginaire débridé et réalité absurde, en jouant sur les paradoxes temporels. Une des meilleurs scènes du film reste la séquence de communication avec un personnage décédé grâce à un hot-dog transformé en téléphone...

Même si les effets spéciaux sont à la hauteur, il règne une atmosphère de films indépendants. En effet, les acteurs manquent de charisme et l'humour est quelquefois … pas drôle (!?!). Du coup, l'ensemble a du mal à être consistant, à se lier malgré quelques scènes et l'enthousiasme du projet. Au final, de bonnes idées qui parfois rappellent la folie de Donnie Darko mais la sauce a du mal à monter. Il me semble que ce n'est pas son meilleur film.

 

Note : 3- / 6 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Princécranoir (mardi, 26 août 2014 11:41)

    Pas d'accord du tout ! Ce film est le meilleur trip déjanté que j'ai vu depuis longtemps (à la niche "les gardiens de la galaxie"), vraiment drôle, et qui manie les référence psychotropiques (Dick qui se ferait un fix avec Burroughs en lisant un bouquin de Lovecraft) et psychanalytique avec brio (de Freud à Schnitzler en passant par Kafka). Un film généreux et sincère qui ne cherche pas à se la péter (oui James Gunn, c'est à toi que je parle) et qui envoie valser tous les poncifs hollywoodiens (j'adore cet usage des lunettes 3D).

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 26 août 2014 13:38)

    Je ne suis peut-être pas fan des trip déjantés :) mais j'attendais mieux de ce film vu en festival. Surtout de la part de Don Coscarelli. Ce n'est pas un mauvais film (faudrait aussi que je le revoie) dans mon souvenir mais il y a des passages trop cheap qui ne sont pas au niveau des meilleures scènes.