708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

UNIVERSAL SCIENCE-FICTION

 

Ce soir-là, deux vieux films de Science-fiction à la suite. Deux productions des années cinquante issues des Studios Universal. Le premier, La cité pétrifiée, de John Sherwood tourné en 1957 contait la vie d'une ville menacée par une entité extra-terrestre, provenant d'une météorite tombée sur Terre.

L'originalité vient ici du fait que la météorite se reproduit de façon exponentielle au contact de l'eau et se dirige vers la cité en péril. Et malheureusement, il se met à pleuvoir... Il ne faut pas trop s'attarder sur le côté réaliste de l'entreprise (les habitants se transforment en pierre (!), mais se laisser porter par un charme d'un autre temps et des effets spéciaux pas si mauvais pour l'époque.

Le second métrage, Le peuple de l'enfer produit en 1956 et réalisé par Nathan Juran, est la descente d'aventuriers dans les tréfonds de la Terre, à la recherche d'une civilisation disparue. A la croisée du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne et du mythe de l'Atlantide, le film commence comme un vieux sérial classique, jusqu'à la découverte du peuple oublié.

A partir de là, c'est un peu n'importe quoi, puisque les survivants, véritables ancêtres des premiers hommes, parlent anglais (!?!) sont vêtues de toges antiques. Il y a même une femme aux cheveux blonds... sans parler de quelques répliques savoureuses, complètement décalées. Et puis, il y a les hommes-taupes...

 

Du bon, du vrai, de la Série B.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0