690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

Bonne année 2017 !!!

Bilan cinéma de l’année 2016

Il est encore temps de balancer mes meilleurs vœux pour 2017 (et avec une nouvelle bannière grâce au talent de l’ami Rigs), surtout cinématographiques (le bonheur, la santé, ça va de soi...). Que cette année soit pleine de longs-métrages originaux et de bonnes surprises (un vœu pieu…). Pour ce bilan de l’année, je suis un peu embêté pour trouver un premier et un dernier. Alors, pour changer un peu je vais lister mes meilleurs films dans l’ordre alphabétique. Petite nouveauté aussi, avec une rétro de long-métrages vus dans les différents festivals qui sortiront peut-être l’an prochain, dans deux ans ou jamais (plus certainement en vidéo). Une liste à ranger dans un coin du bureau pour guetter une éventuelle et visionner de vraies perles méconnues, différentes des sorties nationales habituelles.

 

Thierry (anciennement Roggy...).

 

Meilleurs films de l’année sortis au cinéma :

10, Cloverfield Lane

Comme une vraie fausse suite au film de monstres en found footage Cloverfield, le réalisateur opte pour un huis-clos tendu et immersif dans un bunker avec au loin (et en même temps si proches) les échos d’une fin du monde en arrière plan. Grâce aux prestations réussies de John Goodman et Mary Elisabeth Winstead, 10, Cloverfield Lane tape juste dans son scénario et progresse jusqu’à la fin. Assez rare pour le souligner.

Conjuring 2

Le retour de la famille Warren prouve la qualité de réalisateur de James Wan. Conjuring 2 débute tel un hommage à Amytiville pour se poursuivre comme une relecture des horror movie actuels avec une pincée de L’Exorciste. S’il ne cherche pas à révolutionner le sujet, le film s’avère foutrement bien fagoté dans son scénario et son costume seventies. Il est surtout l’exemple qu’on peut encore faire peur au cinéma avec du talent. Un des meilleurs films de trouille de ces dernières années.

Deadpool

Quand le film de super héros se fait drôle et irrévérencieux sans tomber dans le ridicule et le cynisme, cela donne Deadpool. Un personnage haut en couleur, amateur de blagues lourdingues et d’un humour ravageur qui distribue les tatanes lors de scènes d’action particulièrement bien shootées. Un traitement casse-gueule s’avérant payant dans cet alliage insolite et décapant pour une production Marvel où il est devenu difficile de se démarquer.

Dernier train pour Busan

Depuis le pays du matin calme les zombies ont déferlé sur le monde avec un souffle rafraîchissant comme une soirée estivale. Dernier train pour Busan est un voyage sans retour au sein d’un grand huit cinématographique dans un train peuplé d’infectés à un rythme d’enfer, où les rebondissements s’enchaînent sans jamais tomber dans la caricature ou le mauvais goût. Une bonne surprise ludique et fun pour un genre largement essoré.

Krampus

L’auteur de l’excellent Trick'r Treat remet le couvert avec ce conte pour Noël à la sauce Gremlins. Comme un émule de Joe Dante et un retour dans les 80’s, Michael Dougherty nous sert une comédie horrifique flirtant avec des monstres folkloriques et une famille prise dans une aventure fantastique. Des créatures velues et magnifiques à l’instar du monstre Krampus, véritable croquemitaine issu de l’imaginaire germanique. Un film qui fait plaisir et ravive de beaux souvenirs.

The Neon demon

Même si le film est parcouru de quelques longueurs, il est aussi perclus de scènes d’une beauté graphique époustouflante où le réalisateur joue avec les angles de vue et les couleurs. Nicolas Winding Refn décrit un milieu de la mode comme un antre maléfique dont les femmes en seraient à la fois les victimes et les monstres. Esthétique et baroque, The Neon demon pourra diviser mais l’expérience est par moment fascinante.

Premier contact

Denis Villeneuve prouve encore une fois sa qualité d’auteur avec ce film de SF et d’aliens aux antipodes des productions actuelles. Intelligent, magnifiquement mis en scène, Premier contact est porté par la performance Amy Adams et un script prônant le langage comme arme universelle. Même s’il n’atteint pas les sommets philosophiques d’un 2001, le long-métrage dispense ses qualités visuelles et d’écriture dans ce voyage aux confins du temps.

Rogue one

Retour dans les années 70 avec ce spin-off de Star Wars nous rappelant une enfance désormais envolée sous les fourches caudines de l’argent et de la technologie. Gareth Edwards réussit le pari de la nostalgie sans s’y vautrer et livre avec Rogue one un spectacle honnête et divertissant comme un flashback avec pat d’ephs et effluves hippies de L’empire contre-attaque.

The Strangers

En plein été est sorti ce polar hybride et violent comme une hydre à plusieurs têtes passant du film d’infectés au thriller et même à l’épouvante avec une séance d’exorcisme impressionnante. Si le film part dans tous les sens et embrasse plusieurs genres avec bonheur, grâce à la mise en scène maîtrisée, la fin s’avère quelque peu confuse dans son ambition de fusion syncrétique. A voir pour sa folie et son originalité.

The Witch

Epuré dans sa réalisation comme la campagne profonde et sauvage de la Nouvelle-Angleterre du début du XVIIe siècle, The Witch évoque la vie d’une famille puritaine confrontée au surnaturel tapi au creux d’une immense forêt. Un affrontement entre la foi et les pratiques de magie noire annonçant déjà la chasse aux sorcières. Un film âpre et hiératique aux effluves anxiogènes avec des séquences naturalistes magnifiques et une actrice principale excellente à la beauté juvénile et tentatrice.

 

 

Meilleurs films de l’année vus en festivals :

The Autopsy of Jane Doe

Le réalisateur de Troll hunter passe à la vitesse supérieure avec ce huis-clos autour de l’autopsie d’une jeune femme. Si le film prend une tournure fantastique assez classique dans sa deuxième moitié, le découpage post-mortem du cadavre hyper-réaliste (donc gore) et l’ambiance mortifère de l’entame sont particulièrement réussies. Cela tient aussi de la symbiose entre des deux très bons acteurs, à savoir Brian Cox et Emile Hirsch.

Detour

Le film marque le grand retour de l’excellent Christopher Smith (Black death, Triangle) avec ce polar référentiel à la réalisation léchée et virevoltante. Il est en plus aidé par un scénario malin et à tiroirs ballottant le spectateur dans tous les sens pour mieux le surprendre l’instant d’après. Une véritable confirmation pour cet auteur pas assez présent dans le 7ème art.

The Neighbor

Marcus Dunstan est l’auteur des très bons et gores The Collector et The Collection. Il nous revient ici avec ce thriller violent (mais moins sanglant) flirtant avec plusieurs genres dont le torture porn et le thriller redneck. Grâce à une mise en scène fluide et un scénario efficace, Dunstan montre qu’il est un vrai artisan de la série B de qualité avec ce home invasion sombre et original.

Pet

Si le film reste classique dans sa conception et sur la thématique de la femme prisonnière d'un fou amoureux d'elle, l'originalité et de fait la force de Pet qui propose un retournement de situation et un twist en plein milieu du film pour expliquer les choix de l'agresseur. Avec un Dominic Monaghan à la fois menaçant et comique, le film brosse les travers d’une Amérique des oubliés du système et traite du sujet de l’enfermement en vogue ces derniers temps.

Psiconautas

Tiré du court-métrage Decorado des réalisateurs espagnols Pedro Rivero et Alberto Vazquez, Psiconautas, les enfants oubliés et un film d’animation iconoclaste aux accents horrifiques à destination des adultes. Une odyssée dantesque faite de rencontres inopportunes et de drames avec de petits êtres miséreux et malhabiles. Une véritable surprise au graphisme poétique et aux essences gothiques délivrant un message à la mélancolie fascinante.

The Tiger

Encore et toujours la Corée avec ce film tournant autour d’un tigre mythique et tueur planqué dans sa montagne. Entre un contexte politique chargé et la fable écologique, le film est assez lent dans sa première partie. En revanche, quand il se déploie enfin, c’est une orgie de scènes d’action et d’attaques de l’animal d’une redoutable efficacité. Iconique, sanglant, aux franges du fantastique, The Tiger frappe fort dans les chairs et les âmes.

Under the shadow

Autre surprise avec ce film de maison hantée financé, en partie, par des fonds iraniens et tourné par un réalisateur persan. Au-delà de l’originalité de sa provenance, Under the shadow est un film fantastique réussi qui s’appuie sur un contexte local difficile et prégnant. Une société en mutation et gangrenée par la violence, notamment envers les femmes, qui devient le terreau d’une horreur sociale et terrifiante. Un film à découvrir donc.

Écrire commentaire

Commentaires: 14
  • #1

    rigs (vendredi, 06 janvier 2017 21:01)

    Faut vraiment que je vois Psiconautas... Sinon bon top: ya pas le Tarantino ! ;)
    Je te recadrerai la bannière pour qu'elle aille sur le site.

  • #2

    Roggy (vendredi, 06 janvier 2017 21:46)

    Encore un grand merci l'ami. Je vais essayer de la recadrer de mon côté.

  • #3

    Alice In Oliver (samedi, 07 janvier 2017 12:47)

    Certains films sont déjà en attente de visionnage, notamment The Nieghbor, The autopsy of Jane Doe et Dernier train pour Busan

  • #4

    Roggy (samedi, 07 janvier 2017 16:12)

    Un chouette trio pour bien commencer l'année :)

  • #5

    titi70 (samedi, 07 janvier 2017 16:49)

    J'ai bien aimé Busan, mais, une chose me dérange. j'ai l'impression que je le film doit beaucoup trop au cinéma de Georges Roméro et, partant de la, si je le compare avec les films du réalisateur Américain, je me rends compte qu'il n'y a rien de nouveau (notamment sur le fond) dans Busan par rapport aux longs métrages de Saint Georges.

  • #6

    Roggy (samedi, 07 janvier 2017 16:58)

    La grosse différence avec Roméro c'est avant tout que les infectés sont ultra rapides. Il me semble aussi que le film coréen est moins pessimiste que les œuvres du réalisateur américain.

  • #7

    GirlyMamie (lundi, 09 janvier 2017)

    (anciennement ChonchonAelezig)
    Un très beau bilan et j'ai super envie de voir la plupart des films que tu cites ! Y a du pain sur la planche !

  • #8

    Roggy (lundi, 09 janvier 2017)

    Merci et j'espère que tu les verras tous !

  • #9

    tinalakiller (lundi, 09 janvier 2017 21:40)

    Comme toi j'ai adoré Dernier train pour Busan et The Neon Demon. Dans le lot, j'ai aussi aimé The Strangers et Conjuring 2. Par contre, oooh Krampus, j'ai détesté !!

  • #10

    Roggy (lundi, 09 janvier 2017 21:57)

    Tant pis pour toi pour "Krampus" car c'est juste excellent :)

  • #11

    Avel (mercredi, 11 janvier 2017 09:43)

    Belle année 2017 ! En espérant voir plein de bons films ^^
    Je suis contente de voir que tu as mis "Krampus" dans ton top 2016 :)
    "The Witch", "10 Cloverfield Lane" et "Conjuring 2" sont des grands oui pour moi aussi.

  • #12

    princécranoir (mercredi, 11 janvier 2017 15:53)

    Faut que je voie "the VVitch" et "le train pour Busan" ! Quant à ces petits films de festi, je ne dis pas non ... ça me fait penser que j'aurais bien vu "Bone Tomhawk" aussi, et puis je l'ai oublié dans un coin de ma méoire. Il avait peut-être aussi sa place dans un tel top ? Je dis évidemment OUI pour "Neon Demon" et "The Strangers" mais "Deadpool", allo quoi... ;-)

  • #13

    Roggy (mercredi, 11 janvier 2017 19:27)

    A Avel,
    Bonne année à toi aussi !
    On est d'accord sur pas mal de films visiblement :)

  • #14

    Roggy (mercredi, 11 janvier 2017 19:30)

    A Princécranoir,
    Je ne peux pas te dire pour le western fantastique car je ne l'ai pas vu. En revanche, j'assume totalement pour "Deadpool" ;)