749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

6e Jour

Mardi 8 septembre 2015


Deux films au programme qui, hasard de la programmation, sont des huis-clos, mais aux thématiques différentes avec The invitation de Kary Kusama et Excess flesh de Patrick Kenelly


THE INVITATION – Thriller – USA – 2015 – Karyn Kusama

Pitch : Par une sombre nuit, Will est invité à un dîner chez son ex-femme. Au cours de la soirée il découvre petit à petit que quelque chose d'insidieux s'est emparée d'elle. A la fin de la nuit, les ramifications de ce qui se passe dans cette maison se propageront bien au-delà de sa porte...


Karyn Kusama a un parcours cinématographique assez particulier. Elle commence avec le très bon Girlfight en 2000 qui révéla Michelle Rodriguez, eu son 1er accro avec Aeon flux en 2005 pour remonter péniblement avec le surestimé Jennifer body. Son nouveau projet, The invitation, emporte à mon sens la mise et montre tout le talent de la réalisatrice.

Après une 1ère scène choc qui prendra tout son sens en fin de métrage, The invitation se mue en huis-clos réunissant une pléiade de personnages ne s'étant pas revu suite à la mort du fils de Will (excellent Logan Marshall-Green). Ayant refait sa vie, il est invité à une soirée par son ex-femme Eden (troublante Tammy Blanchard) et son nouvel ami David. Entre gêne et malaise, les rapports entre les protagonistes vont progressivement évoluer, notamment lors d'une séance de visionnage d'un film de propagande sectaire. Car, Eden et David font désormais partie d'une secte censée aider les personnages ayant perdu un être cher.

Il faudra laisser le temps au film et s'imprégner des discussions entre les personnages qui pourront paraître interminables. Or, c'est tout le contraire qui se produit. On est happé littéralement par la situation où les hôtes semblent vouloir rallier de nouveaux adeptes (deux membres extérieurs sont d'ailleurs présents), jusqu'à se projeter et se demander quelle réaction serait la nôtre face à leur détresse compréhensible. La réalisatrice prend comme point d'ancrage Will, à la fois perclus de douleur et intrigué par la soirée, tant il règne une atmosphère très étrange dans ce film qui joue sur les faux-semblants et les non-dits.

La maison devient le théâtre d'une psychose ambiante entre fantasme et réalité où Will doit à la fois gérer ses réminiscences qui le renvoyant dans son passé tragique et rester en éveil dans la soirée. Parce qu'il a peur et nous avec, alors que la tension monte sans que l'on sache pourquoi sauf que quelque chose ne tourne pas rond.

Film sur la parano, la manipulation et le deuil, The invitation explore toutes nos peurs intimes qui se concrétisent dans une dernière bobine sanglante parfaitement maîtrisée, dont le plan final magnifique fait encore froid dans le dos bien après la projection.


Note : 5 / 6


EXCESS FLECH – Drame culinaire – USA – 2015 – Patrick Kenelly


En présence du réalisateur pour un Q/A en fin de projection.


Pitch : Complexée par quelques rondeurs, Jill multiplie les régimes et les privations. Mais lorsque Jennifer, sa colocataire top model, commence les brimades, Jill décide de se venger et séquestre sa camarade.


Excess flesh n'est pas un film à voir avant un bon repas tant la nourriture, ou plutôt la consommation à outrance, sont au centre des débats. Dans un appartement devenu un réfrigérateur à ciel ouvert, Jill s'adonne à sa passion favorite, manger. Même si, obsédée par sa colocataire mannequin Jennifer, hautaine jusqu'à l'insulter, Jill tente de faire des régimes, en se faisant vomir régulièrement. Et, Patrick Kenelly (artiste touche-à-tout) ne nous épargne rien entre séquences de vomissement et gros plans sur les bouches voraces (la scène terrible où Jill recrache ce qu'elle mange dans une poubelle devant la télé).

Brut de décoffrage, Excess flesh n'y va pas avec le dos de cuillère pour dénoncer l'apologie de la minceur et surtout le malaise de toute une population encline à se goinfrer du fait d'un mal être prégnant. Progressivement, Jill tombe dans la folie et séquestre Jennifer au milieu d'un dépotoir d'aliments abandonnés et de détritus (apparemment, l'équipe du film portait des masques pendant le tournage). Comme si elle voulait en finir, Jill se vautre dans une grande bouffe suicidaire alors que sa raison vacille plus elle ingurgite de la nourriture. Huis-clos estomaquant, le métrage rappelle dans sa thématique Starry eyes qui parlait déjà de l'obsession de devenir quelqu'un d'autre.

Si certaines scènes de folie et de boulotage (comme celle du jeu) sont assez longues à avaler, Excess flesh montre une face sombre des sociétés de consommation occidentales où la nourriture devient le pis-aller de nos rêves et de nos complexes. Sans oublier les deux actrices (Bethany Orr et Mary Loveless) remarquables dans leur performance et jusqu’au boutisme.


Note : 3+ / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 10
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 09 septembre 2015 14:24)

    Les deux semblent intéressants mais je ne suis pas sûr d'avoir envie de voir Excess Flesh. Je ne vais pas forcément courir après The Invitation non plus même si le pitch et l'aspect revenant sur les sectes me branche bien! Par contre je suis surpris que tu dises que Jennifer's Body est surestimé, j'ai l'impression que le film s'est fait dégommer un peu partout!

  • #2

    Roggy (mercredi, 09 septembre 2015 17:22)

    Tu as raison. En fait, on nous l'avait vendu comme une tuerie avec son script écrit par Diablo Cody. Au final, le film n'est vraiment pas bon.

  • #3

    Alice In Oliver (mercredi, 09 septembre 2015 23:11)

    PAr la réalisatrice de Aeon flux et de Jennifer body, bah faut avouer que ça ne donne pas très envie de découvrir The Invitation malgré la chronique dithyrambique

  • #4

    Roggy (mercredi, 09 septembre 2015 23:20)

    Elle a quand même réalisé "Girlfight" et ce dernier est, à mon sens, une très bonne surprise.

  • #5

    Dirty Max (vendredi, 11 septembre 2015 09:02)

    Elles m'ont l'air bien intéressantes ces deux péloches. Surtout Excess flesh dont le sujet, et son traitement, doivent pas mal nous venger de toutes ces insupportables émissions culinaires façon Top Chef...

  • #6

    Roggy (vendredi, 11 septembre 2015 09:59)

    "Excess flesh" ne donne pas vraiment l'envie de manger... mais plutôt de vomir, même s'il y a une référence aux émissions culinaires dans le film :)

  • #7

    Avel (vendredi, 11 septembre 2015 15:11)

    The Invitation a l'air génial ! :)
    Excess Flesh semble un peu trop dérangeant pour moi, je ne sais pas si je pourrai le regarder en entier vu les scènes dont tu parles :s Pourtant le sujet est intéressant.
    Au passage je te remercie pour nous donner tous ces avis sur les films du festival.

  • #8

    Roggy (samedi, 12 septembre 2015 00:33)

    J'ai beaucoup aimé "The invitation", et si tu lui laisses la chance de pénétrer dans ton esprit, tu pourrais l'apprécier aussi. MJe te remercie pour ton commentaire :)

  • #9

    princécranoir (dimanche, 13 septembre 2015 09:23)

    Eh bien voilà une "Invitation" que je ne manquerai pas d'accepter dès qu'elle me sera proposée dans un de mes cinémas de prédilection ! Je suis ravi de voir que Karyn Kusama est toujours l'excellente réalisatrice à qui l'on doit "girlfight" et (le pas du tout surestimé et génialement carpenterien) "Jennifer's body".

  • #10

    Roggy (dimanche, 13 septembre 2015 09:58)

    J'espère que le film sortira en salles pour cette proposition de cinéma dont il faut se laisser imprégner.