749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

ARROW

Saison 1 : 23 épisodes

Durée : 42 min/épisode

Date de création : 2012

Créateur : Andrew Kreisber

 

Pitch : Les nouvelles aventures de Green Arrow/Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l'univers de DC Comics et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et sa petite amie, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises. Mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats...

 

Note : 3 / 6

 

Green Arrow est un héros de bande-dessinée faisant partie de l’écurie DC Comics. Il est apparu dans les années 40. Le personnage de Green Arrow fait énormément penser à Batman (un héros solitaire se battant contre le crime pour défendre sa ville).

Si la série commence plutôt bien avec l’échouage d’un bateau avec à son bord Oliver Queen, le futur Green Arrow, la suite est plus classique voire répétitive.

Haro sur la ville

Dès que Oliver Queen renvient en ville après 5 années d’exil involontaire sur l’île, il revêt le costume de Green Arrow et décide, de manière artificielle à mon sens, de régler son compte à tous ceux dont les noms sont inscrits dans le petit carnet rédigé par son père. Sans autre forme de procès, l’archet devient un justicier et se vengera (de manière gratuite) sur les personnes qui ont commis des malversations et se sont enrichis sur le dos des citoyens. Une justice fortement expéditive allant jusqu’à l’exécution des membres de la liste. Pourquoi s’arroge-t’il le droit de tuer sans vérifications dans la plupart des cas ? Les scénaristes ne l’expliquent pas et même semblent acquiescer et justifier ses choix. Un discours moralement très discutable et conservateur.

 

Oui, je sais, je me suis laissé allé sur Lille
Oui, je sais, je me suis laissé allé sur Lille

Perdu sur l’île

Chaque épisode est un peu construit de la même façon. Le héros décide d’un objectif à atteindre (souvent éliminer une personne dont le nom est citée dans le carnet) et parallèlement, il y a un flash-back sur l’île qui nous explique comment, progressivement Oliver est devenu Green Arrow. Ces passages très intéressants renvoient directement à la série à succès Lost avec son île mystérieuse truffée de pièges. C’est un peu le cas dans Arrow puisque Oliver Queen va tomber sur une sorte de soldat-ninja Yao Fei qui va le former pour qu’il devienne un archet émérite. Cette partie du récit ressemble aussi à Batman Begins lorsque Bruce Wayne découvre son mentor qui va l’initier aux arts martiaux.

Chaque épisode permet ainsi de voir l’évolution d’Oliver en super-héros. Pourtant, même cette partie de l’action finit par tourner en rond dans la deuxième moitié de la saison, comme si les scénaristes ne savaient pas comment conclure ce passage sur l’île. Le côté initiatique à la limite du fantastique disparaît au profit d’un affrontement entre militaires qui n’est pas des plus bienvenus.

 

Dalllllaaaass !!!!!!
Dalllllaaaass !!!!!!

Soupe opéra

Le point négatif de la série est qu’il faut se taper les longs tunnels de dialogue liés aux atermoiements sentimentaux entre les personnages (Oliver et Laurel, Tommy et aussi Laurel...) sans que cela n’ait un lien réel avec la continuité de la série. Au contraire, ces scènes très longues, tournées de manière très basiques en champs contre-champs nuisent au rythme du show et adoucissent les événements parfois sombres d’Arrow. Certes, les scénaristes tentent de donner de la profondeur aux personnages et essaient de tisser des liens entre eux. Mais, cela ne fonctionne pas et tombe comme un cheveu sur la soap, à tel point que par moments, on se croirait dans un épisode de Beverly Hills (les passages avec son ancienne petite amie qui sort maintenant avec son meilleur ami sont insupportables). Ayant une double identité, et donc une double vie, Oliver Queen/Green Arrow ouvre une boîte de nuit, avec sa cave secrète en dessous. Là aussi, cela nous vaut des passages inutiles à mon goût, car trop filmés comme une série pour adolescents.

T'as vu mes muscles beau black
T'as vu mes muscles beau black

La flèche brisée

La galerie des personnages est très nombreuse. A commencer par Green Arrow (Stephen Amell) au physique d’étudiant bodybuildé américain. Si son interprétation tient la route, Amell manque cruellement de charisme pour qu’on ait une réelle empathie pour lui. D’autant plus que moultes épisodes commencent par un entraînement, torse nu, pour qu’on voit bien ses muscles saillants et gonflés. Sans intérêt.

Au fur et à mesure de la série, Green Arrow divulgue sa vraie identité à d’autres personnes. Si sa famille (sa mère corrompue, son beau-père et sa sœur tête à claques) n’est pas très intéressante, notre archer petit mais costaud va s’acoquiner avec son garde du corps John Diggle (David Ramsey) qui deviendra rapidement son aide de camp, ou son Robin. De la même manière, la mimi Felicity l’aidera dans la logistique et l’informatique.

Toi, je vais te faire mal beau black...
Toi, je vais te faire mal beau black...

En vert et contre tout

Le point positif de la série est contenu dans les scènes d’action présentes dans chaque épisode. Bien filmées, toujours lisibles, elles sont crédibles, surtout le personnage de Green Arrow, expert dans l’art du maniement de son arc et des flèches, à l’instar d’un Legolas dans Le Seigneur des anneaux. Si, au départ, le héros vert se bat contre de simples quidams, il va trouver des adverses plus à sa mesure comme Dark Archer, alias le méchant Malcom Merlyn, sorte de nemesis de lui-même, lui aussi archer émérite. Mais, le méchant le plus emblématique et réussi est Deadshot, sniper qui imprègne ses balles de curare et ne rate jamais sa cible. Il a tué le frère de Diggle et réapparaît plusieurs fois dans la saison. La ligne conductrice du show est relativement simple (nettoyer la ville au karcher !) et les vérités apparaissent au compte-gouttes, tandis que se profile les derniers épisodes. Le climax, assez cheap en effets visuels, est somme toute acceptable et vaut pour l’affrontement entre Green Arrow et Dark Archer.

 

En résumé : Arrow n’est donc pour moi pas une série très réussie. Redondant dans son scénario (un épisode sert à éliminer un méchant) le show a du mal à s’extirper de son concept au potentiel important. Pourtant, les scénaristes cherchent à développer une mythologie autour du carnet et de l’île où le héros est resté prisonnier. Mais, la sauce ne prend pas vraiment, plombée par des séquences qui se veulent dramatiques (beaucoup de personnages, une saison trop longue) mais qui ne font qu’affadir la série. Dommage, car les scènes d’action sont spectaculaires et valent le détour. Les combats sont violents et parfois même sanglants.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 8
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 06 août 2014 13:44)

    J'ai la sensation que les héros DC ont un peu de mal à passer au live, contrairement aux Marvel. C'est d'autant plus étrange que les dessins-animés DC sont par contre très réussis en général!

  • #2

    laseancearoggy (mercredi, 06 août 2014 18:56)

    Je ne connais pas bien cet univers mais pour l'instant, force est de constater que les héros Marvel supplantent ceux de DC Comics, hormis Batman et Superman si je ne m'abuse.

  • #3

    Mr Vladdy (vendredi, 08 août 2014 00:18)

    Je suis dégouté car j'ai raté sa diffusion quand c'est passé sur Canal et j'aime pas prendre une série en cours. Aimant beaucoup tout ce qui touche au super héros, je vais quand même essayer de la voir celle ci surtout qu'elle me tente beaucoup ^^

  • #4

    laseancearoggy (vendredi, 08 août 2014 18:56)

    Je pense que tu ne loupes rien, il y a quand même 23 épisodes.

  • #5

    Princécranoir (dimanche, 10 août 2014 10:11)

    Très bon résumé de ce que je pense de cette série qui accompagna mon précédent été. ça se laisse voir sans déplaisir néanmoins, malgré des tunnels de dialogues qui ressemblent aux feux de l'amour et des twists décochés qui frisent les limites de la crédibilité dans les flash-backs sur l'île. Je crois qu'une saison 2 existe. Je crois que sous la pression de mes enfants je me laisserai bien tenter.

  • #6

    Avel (dimanche, 10 août 2014 10:26)

    J'ai beaucoup apprécié cette saison 1. A noter que je ne connaissais pas du tout le super-héros avant de voir cette série. J'ai aussi bien aimé la partie sur l'île (ce qui n'est pas le cas dans la saison 2).
    J'aime l'action, les acteurs et " l'ennemi" de cette première saison.
    J'ai passé de bons moments devant alors que je ne m'y attendais pas (et que, surtout, je ne voulais pas voir cette série car un mec en vert qui tire des flèches ça ne m'intéressait pas du tout ! ^^). Finalement je ne regrette pas :)

  • #7

    laseancearoggy (dimanche, 10 août 2014 14:48)

    A Princécranoir,
    La série m'a globalement déçu et je n'ai pas encore vu la saison 2. Elle sera peut-être plus intéressante avec l'apparition de nouveaux personnages. En espérant, comme tu le dis si bien, que "les feux de l'amour" soient terminés :)

  • #8

    laseancearoggy (dimanche, 10 août 2014 14:55)

    A Avel,
    Tu as le droit d'avoir aimé :) Pour ma part, je pensais que ce serait bien plus réussi. Et, je dois avouer m'être ennuyé devant les épisodes, hormis les scènes d'action qui sont bien réalisées et pêchues.