709 chroniques de films

  31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ZOMBIELAND

 

GENRE : Terre prozombise

REALISATEUR : Ruben Fleischer

ANNEE : 2009

PAYS : USA

BUDGET : 24 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Woody Harrelson, Jesse Eisenberg, Emma Stone...

 

RESUME : Dans un monde infesté de zombies, deux hommes tentent de survivre. Columbus, le plus jeune, est terrorisé à l'idée d'être dévoré. Tallahassee, lui, est un chasseur de zombies qui ne craint plus rien ni personne. Dans leur périple, les deux survivants sont rejoints par Wichita et Little Rock, deux jeunes filles. Tous ont désormais deux défis impossibles à relever : affronter les zombies et apprendre à s'entendre...

 

MON HUMBLE AVIS :

Dans le paysage filmographique actuel, le zombie redevient une figure incontournable (voir le récent succès de World War Z). De même, la comédie horrifique a généré de nombreux avatars avec plus ou moins de réussite. Zombieland, quant à lui, est à ranger dans la catégorie des bonnes surprises.

Ruben Fleischer parvient à renouveler le genre en associant le buddy movie au film d’horreur. Le film baigne dans une atmosphère de comédie tout en gardant un partie-pris réaliste (les attaques des non-morts sont sanglantes). Dès le départ, le sauce au sang monte facilement grâce un script de qualité qui se permet de prendre son temps pour développer ses personnages. Ainsi, des flash-back plutôt drôles apparaissent en pleine narration. A noter aussi un casting de qualité avec notamment le couard Jesse Eisenberg, sorte de geek puceau, et un Woody Harrelson au meilleur de sa forme en tueur de zombie pas très finaud mais au final assez attachant.

Le point fort du film reste son humour. Les décors apocalyptiques et l’invasion zombiesque n’étant ici qu’un prétexte à raconter une histoire d’amitié et d’amour entre personnages. D’entrée, le métrage nous montre Jesse Eisenberg qui tente d’échapper aux zombies grâce à des règles qu’il s’est fixée et qui apparaissent physiquement à l’écran. Ces encarts très réussis réapparaîtront régulièrement à l’écran. De même, les dialogues sont tordants surtout le décalage entre les générations et les références aux films des années 80.

Le meilleur moment se situant sans doute quand les héros pénètrent dans la résidence de Bill Murray que l’on retrouve dans son propre rôle. Il en profite pour s’autoparodier avec jubilation comme dans son rôle de Ghostbusters. Dommage que son personnage ne soit pas mieux exploité. C’est d’ailleurs à ce moment que le film patine un peu et perd en rythme, comme si les personnages n’avaient plus aucun but, à partir du moment où ils errent dans la vaste maison.

La fin du film remet le turbo et se transforme en tir aux pigeons dans une fête foraine remplie de zombies déchaînés. Zombieland est donc un très bon moment de comédie, doublé d’un film de zombies qui ne se défausse pas sur l’hémoglobine.

 

NOTE : 4+ / 6 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    tinalakiller (samedi, 05 avril 2014 11:51)

    Je l'ai revu il y a pas longtemps et ce film me fait toujours autant marrer !

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 05 avril 2014 15:50)

    Le casting met le feu, surtout avec Bill Murray.