709 chroniques de films

  31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ZOMBIE 108

 

GENRE : Zombie Academy

REALISATEUR : Joe Chien

ANNEE : 2011

PAYS : Taïwan

BUDGET : 3 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX :Morris Yong, Yvonne Yao, Sona Eyembe...

 

RESUME : Zombie 108 se déroule à Taipei, la capitale de Taiwan, qui doit faire face à un virus de la grippe génétiquement modifié suite aux événements nucléaires du Japon qui libère certains germes extrêmement contagieux. Après une opération de mise en quarantaine des lieux menée de main de maître, la police et l’armée sont envoyées dans les rues de la zone isolée pour secourir les rares personnes qui ne voulaient pas quitter les lieux. A leur arrivée, la population s’est transformée en hordes de zombies

 

MON HUMBLE AVIS :

Il va commencer à y avoir plus de films de zombies que de spectateurs pour aller voir ces films...

La première scène est plutôt drôle dans le sens où elle se déroule sur le parking d'un supermarché Carrefour à Taipei. Elle se poursuit à l'intérieur de l'établissement, au rayon "Boucherie".

La trame du film est classique puisque les survivants se retrouvent enfermés dans un endroit clos. Les flics, les gangsters et les civils sont obligés de s’entraider et de devenir des alliés de circonstances.

En revanche, parallèlement à cette histoire, on ne comprend pas trop ce que vient faire là un personnage complètement détraqué, serial-killer, violeur, adepte de la torture sur de jeunes filles nues, sosie asiatique d'un "Leatherface" (il place même un poulpe vivant sur le ventre d'une suppliciée !). Peut-être le pretexte de se faire plaisir en montrant des filles nues ?

Pour le reste, le métrage dispense son lot classique de gunfights et de plans gores obligatoires pour un film de zombies, compensé par un humour bienvenu (la femme qui crie pour rien et fait peur à tout le monde) et des personnages plus ou moins idiots, souvent faire-valoir du chef de gangs. A noter, un black adepte des déplacements à la Yamakasi !?!

A la fin du film, le chef des gangsters se transforme, on ne sait pourquoi, en monstre boursouflé faisant penser à un mix entre Resident Evil et Tetsuo dans un épilogue grand guignolesque.

En conclusion, même si le film ne renouvelle pas le genre, il est plutôt divertissant et n'est pas très long en terme de durée (1h20 environ).

 

A NOTER : A quand un film d'infectés français par des OGM sur le parking d'Auchan à Charleville-Mézière ?

 

NOTE : 4- / 6

 

Commentaires: 0