708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

YAKUZA APOCALYPSE


GENRE : Grenouille martiale

REALISATEUR : Takeshi Miike

ANNEE : 2015

PAYS : Japon

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Yayan Ruhian, Rirî Furankî, Mio Yûki...


RESUME : Kamiura, chef yakuza respecté, est en réalité un vampire. Durant une rixe, il est battu à mort, et a juste le temps de mordre Kageyama, sa plus fidèle recrue. Ce dernier va contaminer à son tour d’autres mafieux et venger son ancien maître.


MON HUMBLE AVIS

A l'instar de son compatriote Sono Sion, Takeshi Miike est capable de réaliser des films que l'on qualifiera de "construits" comme 13 assassins mais aussi de longs-métrages où le sens du mot scénario s'est perdu dans les limbes de ses propres délires. Yakuza Apocalypse fait partie de cette deuxième catégorie.

Certes, le début du film est des plus classiques en révélant une réalité prégnante au Japon. Le contrôle de la société par les yakuzas. Progressivement, le film bascule dans le fantastique dans la mesure où le chef est un vampire et où deux personnages débarquent en ville pour le tuer. Une espèce de prêtre avec un mini cercueil dans le dos et un petit personnage qui n'est autre que Yayan Ruhian, le Mad dog de The Raid. A ce moment-là, le scénario se transforme en sushi atomique et les scènes de dialogues posées alternent avec les situations comiques et dingues comme celle réussie du sous-sol où sont enfermés des citoyens pour nourrir le chef des yakuzas.

Sans compter que Miike a plus d'un tour dans son esprit, n'hésitant pas à faire intervenir des personnages du folklore japonais comme un homme-tortue (Kappa). Mais, le clou du spectacle vaut surtout pour l'arrivée de la star du film, l'homme-grenouille. Enfin, un homme engoncé dans un déguisement de grenouille que l'on pourrait imaginer dans une soirée de 31 décembre, mais à la technique martiale irrésistible. Un personnage haut en couleur et extrêmement drôle qui résume bien à lui seul les délires visuels du réalisateur japonais. Maintenant que le scénario a pris la poudre d'escampette, le film se résume à une série d'affrontements entre Kageyma et ses ennemis au milieu d'une population passée du côté vampirique et d'un Casimir asiatique moins vraie que nature.

Au final, Yakuza Apocalypse est un film de gangsters qui embrasse la thématique vampirique et tourne au film de monstre géant dans une ambiance décalée et non-sensique. Soit on déteste, soit on passe un bon moment. Malgré quelques longueurs (plus de 2 heures de film), le métrage est assez drôle et vaut d'être vu pour le personnage de l'homme-grenouille qui mériterait qu'on lui consacre un biopic.

 

Note : 3+ / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0