745 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site


WHY HORROR ?


GENRE: N’oubliez pas de rembobiner

REALISATEUR: Nicolas Kleiman et Rob Lindsay

ANNEE: 2014

PAYS: Canada

BUDGET: 500 000 $ CAD

ACTEURS PRINCIPAUX:Tal Zimmerman, Chris Alexander, George Romero...


RESUME: Un fan de cinéma d'horreur s'interroge sur les racines profondes de sa passion et part mener l'enquête aux quatre coins du monde.


MON HUMBLE AVIS

Why horror ? est un documentaire réussi car il ne s'enfère pas à faire l'apologie de l'horreur par le biais uniquement de geeks ou autres aficionados du genre. Tal Zimmerman, au travers de sa propre expérience, part de son enfance pour expliquer son amour du cinéma d'horreur. On le voit ainsi envoyer son frère à l'école avec un maquillage horrifique ou dévoiler ses premiers émois cinéphiliques.

Même si le documentaire part un peu dans toutes les directions et essaie d'embrasser tous les pans de l'horreur, il faut bien reconnaître qu'il est sympathique au final. On suit avec bonheur Zimmerman au cours de ses pérégrinations essayait de montrer qu'aimer l'horreur n'est pas une perversion ou une mauvaise chose. Comme s'il cherchait à se dédouaner lui-même de son penchant, il nous entraîne de l'Angleterre au Japon, en passant par le Mexique pour montrer que les visions horrifiques ne datent pas d'hier, et existaient déjà au Moyen Âge ou dans d'autres civilisations antérieures.

Le film se laisse donc regarder avec plaisir entre les interviews de fans du genre ou de personnalités comme John Carpenter ou George Romero. Le tout entrecoupé d'extraits de films d'horreurs connus ou improbables comme le Manoir de la terreur, un des premiers souvenirs émus de Zimmerman.

La force de ce documentaire est d'essayer d'expliciter, même de manière scientifique (ce qui nous vaut une séquence très drôle avec sa mère pour une expérience à l'Université) pourquoi on peut aimer les films d'horreur et être tout à fait normal dans la vie. Il fait ainsi intervenir des sociologues, des chercheurs et un panel d'amoureux du genre qui expliquent leur passion.

Un plaidoyer qui ne va que dans un seul sens mais qui est étayé par de nombreux arguments et d'où il se dégage une réelle empathie pour cet avenant personnage, collectionneur de VHS et d'affiches de vieux films, qui a fait de sa passion son métier et un art de vivre.


NOTE : 4 / 6


Écrire commentaire

Commentaires: 0