708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

WHEN GEEKS MEET SERIAL KILLER

 

GENRE :

REALISATEUR : Remus Kam, Chin Pei-chen et Eric Cheng

ANNEE : 2016

PAYS : Chine/Malaisie/Taïwan

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Bryant Chang, J.C. Chee, Shiga Lin...

 

Pitch : Zhang Jian-He, jeune dessinateur introverti et geek jusqu’au bout des lunettes, tue par accident son seul ami. Cherchant à tout prix à éviter la prison, il décide de se débarrasser de l’encombrant cadavre quand débarque YaShi, sa somptueuse et mystérieuse petite amie, et avec elle, une palanquée d’ennuis…

 

Décidément, les Asiatiques sont bien barrés et ont un sens bien décalé de la comédie. Basé sur une bande-dessinée, le film débute comme une comédie où on suit Zhang Jian-He, un dessinateur de comics qui se définit lui-même comme un geek, passer sa journée à espérer devenir une star du manga. Suite à un malentendu, ce dernier tue son pote dans une situation rocambolesque et drôle.

 

Dès le départ, When geek meets serial killer opte pour la comédie sanglante lorsque notre héros cherche à se débarrasser du corps par tous les moyens. Celui qu’il trouve est de faire une sorte de barbecue pour assécher le cadavre de son ami. Une situation ubuesque et irrésistible dans un film considéré en Asie comme un Catégorie III, c’est-à-dire qu’il comporte des séquences de sexe explicite et qu’il est très violent. Ce qui est le cas pour la violence avec des gros plans de sexes mais avec un humour potache.

 

Sur cette base assez simple, le film va se déployer en faisant intervenir deux autres personnages, YaShi, la fiancée de Zhang et un policier qui croise sa route. La force du film est de proposer un scénario bien écrit où les retours en arrière sur l’origine du policier depuis son enfance ou les pérégrinations de sa petite-amie dans un entremêlement qui se rejoint avec une réelle harmonie.

 

Avec un humour noir exacerbée, où les animaux prennent aussi chers que les humains, et une bonne ambiance générale, le métrage réussit le pari de combiner les genres entre horreur, sexe et délire visuel quelquefois un peu graveleux. La comédie venant aussi du fait de l’interaction entre les personnages pour un final entre vaudeville et humour sombre mais jouissifs. Une vraie découverte.

 

4/6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0