749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

THE VIRGIN PSYCHICS


GENRE : L'île des autres

REALISATEUR : Sono Sion

ANNEE : 2015

PAYS : Japon

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Shôta Sometani, Eliza Ikeda, Megumi Kagurazaka...


RESUME : Un lycéen encore vierge se découvre des dons télékinésiques. Mais il n'est pas seul et va être rejoint par d'autres « super-puceaux et pucelles » prêts à faire exploser leurs pouvoirs et... leur libido !


MON HUMBLE AVIS

Sono Sion nous livre un énième opus (le 4e déjà cette année qui devrait en comporter 5 si les comptes sont bons) avec cette adaptation live d'un manga. Enchaînant les tournages à la chaîne, le réalisateur est capable d'accoucher d’œuvres intéressantes comme Suicide club ou Love exposure, comme de films très irritants à l'image du récent Tokyo tribe. C'est dans cette 2e catégorie qu'émarge The virgin psychics. Une pochade bien conne où la masturbation est au centre de l'histoire. C'est dire...

The virgin psychics donne au spectateur ce qu'il est venu voir. Des donzelles en sous-vêtements et à la poitrine opulente. C'est à peu près tout ce que le film recèle en fait. Le scénario n'est qu'un prétexte à montrer de jeunes filles presque nues où même quand elles sont habillées, un coup de vent soulève leurs jupes pour faire apparaître une culotte blanche. Certes, le spectacle est visuellement agréable (et un film culte pour les pervers) mais 2 heures de nichons engoncés dans des soutiens-gorges trop petits ne font pas un film. Ce qu'on peut accepter d'un manga (et encore) ne passe pas vraiment le cap du live.

Déjà entrevu dans l'inégal Tag, les obsessions pour le corps féminin de Sono Sion sont bien évidentes et manquent, à la longue, de subtilité. Je ne suis même pas certain que le film soit une dénonciation de quoique se soit, du rapport des adolescents et des adultes japonais au sexe et de l'utilisation des femmes comme icônes sexuelles ou plus précisément esclaves sexuelles. Il n'y a aucune déviance là-dedans, juste une drôle d'approche de la sexualité qui semble vu comme une addiction, une tare ou une capacité à obtenir des pouvoirs psychiques.

C'est un peu faible comme postulat et son traitement ringard et dénué d'ambitions ne plaide pas en faveur d'un réalisateur qui pourra toujours se targuer de son côté punk et je je-m’en-foutiste. Pourquoi critiquer les American Pie ou autres purges des frères Wayans, alors que The virgin psychics est du même acabit. Il n'est pas meilleur parce qu'il est japonais.


Note : 1 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0