688 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2018
Etrange festival 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

 

UPGRADE

 

GENRE : Marché aux puces

REALISATEUR : Leigh Whannell

ANNEE : 2018

PAYS : Australie

BUDGET : 5 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Logan Marshall-Green, Betty Gabriel, Harrison Gilbertson...

 

 

RESUME : Asha et Grey sont violemment agressés par quatre hommes. Asha y laissera la vie et Grey restera paralysé et inconsolable. Un jour, un inventeur lui propose de lui implanter une puce électronique lui permettant de retrouver ses facultés décuplées et ainsi de retrouver ses agresseurs.

 

MON HUMBLE AVIS

Séance de rattrapage pour ce film sorti directement en vidéo et présenté hors-compétition cette année à l’Etrange festival. Un long-métrage australien produit par la société de Jason Blum et mise en scène par le scénariste de bientôt une vingtaine de péloches d’épouvante, dont la série des Saw, Insidous ou Dead silence, et réalisateur du troisième épisode d’Insidious. Avec ce deuxième essai derrière la caméra, Leigh Whannell se lance dans la science-fiction horrifique pour un résultat qui tape juste avec un budget réduit. Pas si mal.

Très vite, Whannell installe ce monde situé dans un futur proche où les voitures roulent toutes seules et les drones surveillent la population, en suivant le quotidien de Grey (Logan Marshall-Green, The invitation) et Asha (Melanie Vallejo, la série Power Rangers). Le film bascule avec l’agression du couple dont Grey ressortira tétraplégique et sa femme tuée. Sur cet argument, le film se construit sur la recherche des assassins d’Asha grâce à une puce révolutionnaire insérée par une société souhaitant garder l’anonymat dans la carcasse de Grey afin de lui permettre de marcher à nouveau. En lui incorporant cet élément extérieur, c’est également une conscience qui a pris place dans l’esprit du héros. Cette présence inattendue entame le dialogue, lui propose d’investiguer et prend le contrôle pour l’aider à combattre avec une dextérité hors du commun.

Et quand cette intelligence artificielle prend les rênes, le résultat dépasse les attentes d’un Grey se désolant presque de maîtriser les techniques de combat jusqu’à tuer ses adversaires de manière parfois sanglante. A ce moment-là, la caméra adopte les mouvements très mécaniques du personnage et virevolte avec lui. Depuis le départ, Grey Trace est un iconoclaste, se méfie des voitures autonomes et conduit lui-même son bolide. Pourtant, après l’accident, il est obligé d’utiliser la technologie pour continuer à vivre à peu près normalement. Si une petite critique de la société point à l’horizon, Upgrade est avant tout une série B efficace, allant droit au but sans se définir comme un pensum assommant sur les ravages potentiels du progrès. Sur un scénario solide et limité à quelques personnages secondaires à l’image de l’inspectrice Cortez (Betty Gabriel, Get out) qui a des soupçons sur cet homme en fauteuil toujours présent lors de la découverte de cadavres, le long-métrage se déploie avec habileté.

Il faut dire que ce nouvel homme bionique se bat comme Neo dans Matrix face à des adversaires également équipés d’une technologie révolutionnaire avec des bras qui balancent des bastos sans l’aide d’aucune arme. Des séquences spectaculaires et très sanglantes avec des membres retournés ou des têtes sectionnées. Bref, Upgrade évolue dans un registre malgré tout crédible, les séquences d’action sont bien shootées et le casting est plutôt sympathique, notamment un Logan Marshall-Green efficace et gouailleur avec son allure de Tom Hardy conduisant sa voiture à toute berzingue. Certes, le scénario pourra sembler un peu prévisible par instants avec une dernière bobine en forme de twist. Pourtant, le film de Leigh Whannell remplit son office de SF d’action intelligente qui ne cherche pas à se la jouer et nous renvoie à des titres aussi réussis que The Guest d’Adam Windgard, avec des effluves de Robocop et District 9.

 

4/6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 8
  • #1

    Rigs Mordo (jeudi, 27 septembre 2018 20:26)

    Le pitch donne envie, ton avis aussi ! Je me laisserai donc ptet tenté si je passe devant un beau jour !

  • #2

    Roggy (jeudi, 27 septembre 2018 20:27)

    Le film est vraiment divertissant et s'avère une bonne série B.

  • #3

    alice in oliver (samedi, 29 septembre 2018 11:01)

    Bien envie de le découvrir aussi. En plus, le film est disponible et visible en streaming

  • #4

    Roggy (samedi, 29 septembre 2018 11:31)

    Une bonne série B en effet. Tu me diras ce que tu en penses à l'occasion.

  • #5

    MrVladdy (dimanche, 14 octobre 2018 01:58)

    Je rejoins Rigs, le pitch fait envie. Je suis curieux de voir comment il tourne tout ça même si j'en attends pas un grand film mais au moins un bon divertissement. J'aime bien le réalisateur aussi (du moins de ce que j'ai vu de lui) alors pourquoi pas ;-)

  • #6

    Roggy (dimanche, 14 octobre 2018 11:14)

    C'est vraiment une série B sans prise de tête. Mais, la qualité de l'ensemble fait plaisir à voir.

  • #7

    tinalakiller (dimanche, 14 octobre 2018 19:28)

    Un petit coup de coeur même si ca ne révolutionne rien. Mais franchement j'ai pris du plaisir à regarder ce film bien foutu sur tous les points. Même si le film est un divertissement, ce qu'il dit sur l'impact des machines sur l'homme est simple mais rudement efficace.

  • #8

    Roggy (dimanche, 14 octobre 2018 19:31)

    Ce qui me plaît surtout dans le film, c'est qu'il n'essaie pas d'être une réflexion sur le sujet de l'homme et de la machine. Sans être mal écrit ou réflexive, c'est une série B efficace, et c'est ce qu'on lui demande.